Imprimer

Retrouver ces textes en version pdf téléchargeables en bas de page

Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du salut.
Isaïe 12,3

Tout au long de la révélation l'eau vivifiante jaillit du sol, depuis le récit de la création (les fleuves) jusque depuis le côté du Christ en croix ; le mot « eau » apparaît 113 fois. Nous sommes constitués à 60% d'eau. Elle est d'ailleurs l'élément le plus nécessaire pour assurer la vie du corps : elle est le plus universel solvant qui véhicule les nutriments dans tout l'organisme, le plus fort réactif chimique permettant les métabolismes et la formidable symphonie hormonale, elle est le plus extraordinaire régulateur thermique.
En raison de ces qualités, l'eau et la source sont utilisées par Dieu comme image matérielle du don vivifiant pour notre esprit dans ses actes d'amour et d'intelligence. Le récit de La Samaritaine au puits de Jacob est un enseignement lumineux donné par Jésus.
Les apparitions au long des siècles font intervenir dans le message délivré l'eau jaillissante en source vive à Lourdes et au Bessillon, ou en source déjà existante mais recevant un rôle nouveau à Banneux près de Liège.
St François d'Assise chante : « Bénie soit mon Seigneur pour notre sœur l'eau qui est très utile, humble, précieuse et chaste. ». Charles Péguy nous confie un autre visage plus âpre : « Il y a deux sortes de personnes : les gens qui descendent le fleuve et ceux qui remontent à la source. C'est difficile de remonter à la source, c'est pénible et il faut accepter d'être seul. .... Quantité de personnes descendent le fleuve .... Les cadavres descendent plus vite que les autres »

Partir en pèlerinage c'est choisir de remonter vers la source. Il ne s'agit pas d'une performance sportive ou héroïque mais plutôt d'un humble parcours de ressourcement pour se rafraîchir l'âme. Une telle démarche implique un inconfort, une fatigue, des épreuves tant physiques qu'intérieures et une certaine solitude bien que nous marchions à plusieurs. De nombreux cailloux et obstacles nous attendent dès avant le départ, mais cela vaut la peine. Il y a de véritables difficultés et souffrances (pas seulement physiques), pour monter vers la source du Bessillon près de St Joseph puis redescendre auprès de Marie et de Jésus sur le mont Verdaille. Bien que nous marchions sur des chemins différents, nous avançons ensemble vers ce dimanche matin de communion. Tout d'abord avec la visite à St Joseph puis la messe où nous nous rassemblons tous auprès de Marie. Cette eucharistie constitue l'achèvement de notre parcours spirituel et l'offrande mutuelle des grâces reçues, c'est « la communion des saints » que nous devenons un peu plus chaque jour.

 

 

La source de toute vie c'est Dieu. L'enfant vient, au travers de ses parents, directement de Dieu par l'acte créateur de son âme, laquelle a pour finalité de remonter à sa source qui est Dieu. Cette remontée ne peut s'effectuer, en raison de notre péché, que par l'action rédemptrice de la mort et l'action salvifique de la résurrection du Christ. Cela ne peut se réaliser sans notre action, Dieu ne s'impose jamais, cela tuerait l'Amour ... Il nous demande d'aller à la source : la chercher et nous y déplacer. A Banneux l'injonction de Marie est 'Pousse tes mains dans l'eau de la source ', à Lourdes : 'Bois', de même au Bessillon : St Joseph ordonne de déplacer l'énorme rocher puis de boire.
Il y là une invitation à marcher vers et à agir pour recevoir le Don de Dieu donné en abondance à la source. La parole de Jésus à la Samaritaine est claire : c'est lui la véritable source, lui le Sauveur (Jn 4,14).
Ce n'est que dans cette marche vers la source jaillissante du Sauveur que nous pouvons trouver la Lumière dont nous avons un immense besoin pour éclairer nos intelligences et purifier nos cœurs, pour trouver la force qui rend ' mon joug léger ' et donne la joie qui ne se laisse pas étouffer par la peine.

Un passage de l'histoire de Moïse (Nombres 20,8) nous avertit de la difficulté que nous rencontrons chacun de nous : à la fois tout vient de la source et à la fois il nous faut agir personnellement pour recevoir le don de Dieu. Le risque est de se croire auteur du jaillissement de l'eau vive pour soi-même mais plus encore pour autrui ou à l'opposé de demeurer dans une inertie béate qui attend tout du ciel.

Dieu demande une immense confiance à ses amis -Moïse et Aaron- : « Vous parlerez, en leur présence au rocher et il donnera ses eaux ... Est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l'eau ? Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec son bâton... Parce que vous n'avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux d'Israël, vous n'entrerez point ... (nb 20,12) ».
Parler à ce rocher en présence de tous pour que jaillisse le don de Dieu ... C'est une folie aux yeux des hommes, c'est ce que demande Dieu à ses serviteurs. Ceux-là, manquant de confiance, préfèrent agir par eux-mêmes et frappent le rocher, prenant la place de Dieu, affirmant que l'eau jaillit de leurs actions.

Sans cesse rappelons-nous que l'Espérance du salut et la joie qui en est le fruit, viennent du Sauveur et non de nos actes et de nos forces.

Frère Jean
Responsable des pèlerinages au Sanctuaire Notre Dame de Grâces
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


1 LA DEMARCHE DE PELERINAGE

« Ce qui importe c'est d'aller. D'aller toujours.
Ce qui compte, c'est le chemin qu'on fait. »
Charles Péguy

• BREF HISTORIQUE DU PELERINAGE

Notre Dame de Grâces :

Le 10 août 1519, Notre Dame, portant Jésus Enfant, entourée de Saint Bernard et l'archange Saint Michel apparaît à un bûcheron, Jean de la Baume, et lui donne le message suivant : « Je suis la Vierge Marie, allez dire au clergé et aux consuls de Cotignac de me bâtir ici même une église, sous le vocable de Notre Dame de Grâces; et qu'on y vienne en procession pour recevoir les dons que je veux y répandre. »
Quelques semaines après commence la construction d'une chapelle. La renommée du pèlerinage grandit très vite, confortée par de nombreux miracles, au point que Louis XIII et Anne d'Autriche confient à l'intercession de Notre Dame de Grâces leur désir d'avoir un fils pour la Couronne de France. Exaucés, ils donnent à Louis XIV le prénom de Louis Dieudonné et Louis XIII, plein de reconnaissance, consacre le Royaume de France à Notre Dame : c'est le fameux ' vœu de Louis XIII '.

Saint Joseph du Bessillon :

Le 7 juin 1660, sur la colline qui prolonge à l'Ouest le sanctuaire de Notre Dame, saint Joseph apparaît à un berger épuisé et assoiffé et lui dit : «Je suis Joseph ; soulève ce rocher et tu boiras.» Le berger soulève seul cette énorme pierre – le lendemain, il fallut se mettre à 10 pour la déplacer- et trouve une source auquel il peut, lui et son troupeau, se désaltérer. Depuis une source y coule en abondance, une chapelle y a été construite et le 12 mars 1661, Louis XIV décidait que la fête de St Joseph serait célébrée dans tout le Royaume et chômée. Vous y trouverez cette inscription :
Puisez avec joie aux sources du Sauveur !

Aujourd'hui, c'est à un véritable renouveau que l'on assiste, avec le développement de nombreux pèlerinages familiaux, dans ce lieu unique au monde où Jésus enfant, Marie et Joseph sont tous trois apparus.
Cotignac apparaît ainsi comme un lieu privilégié dédié à la Sainte Famille.

QU'EST-CE QU'UN PELERIN?

C'est d'abord celui qui consent à sortir de sa maison pour se mettre en route, c'est à dire sortir de ses habitudes, de son confort, de tout ce qui fait la douceur (ou l'apathie) de la vie quotidienne. Au point de départ il y a donc un certain renoncement et c'est déjà l'Evangile. C'est l'Evangile vécu pour soi avant d'aller l'annoncer aux autres.

C'est aussi le dépouillement. Celui qui doit se mettre en route n'emporte pas de bagage inutile. Il faut laisser à la maison son maquillage, son robot multifonctions et son poste de télé... Le sac qui pèse trop lourd sur les épaules ralentit la marche. La route est une leçon d'humilité et de simplicité. C'est une leçon encore de vérité. On ne triche pas avec la route. Elle est devant le pèlerin avec toutes ses exigences: le soleil ou la pluie, le chaud et le froid, les montées abruptes et les descentes rapides, tout ce qui exige attention, courage, maîtrise de soi. La route est donc avant tout une ascèse pour le pèlerin.

La route est encore une école de prière. Le dépouillement purifie l'âme et la rend apte à recevoir. La vision de Dieu n'est perceptible que par un cœur pur. Vision de Dieu dans ses œuvres, dans les signes édifiés par les hommes, dans les cœurs des pauvres rencontrés. Le pèlerin chemine toujours vers un haut lieu. Haut lieu du souvenir, haut lieu de la prière. Il a conscience de mettre ses pas dans les pas de milliers d'hommes et de femmes qui l'ont précédé, en quête d'un même souffle régénérateur, d'une même foi, d'un même message.

Ce message doit transformer intérieurement le pèlerin, mais on n'est jamais pèlerin tout seul ni pour soi seul même si le premier bénéficiaire est le pèlerin lui-même.. Chaque pèlerin est toujours l'Eglise en marche. Quel qu'il soit, où qu'il soit, il demeure un témoin.

Ecole d'ascèse, école de vérité, école de prière, la route devient une école de foi. C'est la foi qui rentre par les sens éveillés, par les pieds et par le cœur. Le pèlerinage ne saurait être un voyage touristique. Il se prépare spirituellement, il exige effort et sacrifice. La foi pénètre lentement l'esprit au rythme lent des pas, par les formules maintes fois répétées, toujours les mêmes, mais toujours remplies de sens et plus intimes. On peut méditer à l'infini toutes ces formules brèves et chargées de la grâce de Dieu redites par des milliers et des milliers de lèvres, mais toujours neuves, parce qu'elles sont des mots d'amour.

L'alternance des moments de silence et de partage fraternel, dans le respect du rythme de sa voisine, est une clé de l'approfondissement de notre relation personnelle à Dieu pendant ce pèlerinage.
Demandons à Saint Joseph, appelé 'docteur du silence', de nous guider dans cet apprentissage du silence, si différent du quotidien de notre vie.

Se taire et adorer !...
Refuge suprême et essentiellement doux à l'âme sur cette terre, dans son impuissance à remercier comme il convient et comme elle le voudrait, devant une telle merveille de l'amour !...
Se taire et adorer : louange sublime de la créature devant son Créateur, de l'enfant pour son Père, dans le divin silence de l'amour, où l'âme et Dieu se rejoignent sans rien dire, dans une compréhension et une intimité parfaites.
O Marie, ô ma sainte et bonne mère, donnez à tous de comprendre la grande valeur du silence dans lequel on entend Dieu ! Apprenez-moi à me taire pour écouter la Sagesse éternelle ! Apprenez-moi à tirer du silence tout ce qu'il renferme de grand, de saint, de surnaturel, de divin ! Aidez-moi à en faire une prière parfaite, une prière toute de foi, de confiance et d'amour, une prière vibrante, agissante, féconde, capable de glorifier Dieu et de sauver les âmes ! Ma vie vaudra ce que vaudra mon oraison.
« Pour toi, Dieu de Sion, même le silence est louange... » (Ps 64)
Marthe Robin

Prends-moi Seigneur dans la richesse divine de ton silence, plénitude capable de tout combler en mon âme. Fais taire en moi ce qui n'est pas Toi, ce qui n'est pas ta présence toute pure, toute solitaire, toute paisible. Impose silence à mes désirs, à mes caprices, à mes rêves d'évasion, à la violence de mes passions. Couvre par ton silence la voix de mes revendications, de mes plaintes. Imprègne de ton silence ma nature, trop impatiente de parler, trop portée à l'action extérieure et bruyante. Impose même silence à ma prière, pour qu'elle soit élan vers Toi ! Fais descendre ton silence jusqu'au fond de mon être et fais remonter ce silence vers toi, en hommage d'amour !
St Jean de la Croix

Au commencement, il faut un effort pour se taire ; mais peu à peu, du silence même naît quelque chose en nous qui attire à plus de silence. »
Un chartreux

2 THEME 2014 :
PUISONS AVEC JOIE A LA SOURCE DU SAUVEUR

• A L'ECOLE DE LA BIBLE
Nous devons nous passer de cœur en cœur la Parole de Dieu.
De main en main, de cœur en cœur,
nous devons nous passer la divine espérance. Charles Péguy

Ivres de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut !

Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance ; je n'ai plus de crainte.
Ma force et mon chant c'est le Seigneur ; Il est pour moi le salut.

Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits !
Redites-le : « sublime est son nom ! »

Car il a fait les prodiges que toute la terre connaît.
Jubilez, criez de joie : car Dieu est grand au milieu de vous !

Isaïe 12, lu pendant la vigile pascale

• Vous tous qui avez soif, venez, voici de l'eau !
Même si vous n'avez pas d'argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer.
Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas,
vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ?
Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses,
vous vous régalerez de viandes savoureuses !
Prêtez l'oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez.
Isaïe 55

• Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s'était donc assis près de la source. C'était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l'eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : "Donne-moi à boire", c'est toi qui lui aurais demandé, et il t'aurait donné de l'eau vive. » Elle lui dit : « Seigneur, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond. D'où as-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l'eau que moi je lui donnerai n'aura plus jamais soif ; et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau jaillissant pour la vie éternelle. »
Jean 4

Avez-vous déjà entendu parler d'une eau qui devienne en vous source d'eau jaillissante ? De quoi faire pâlir tous ceux qui font commerce d'eau minérale !
« Donne-la moi, cette eau. » une telle merveille, la Samaritaine en voudrait bien pour régler ses problèmes de soif et de corvée d'eau.
Mais est-ce vraiment d'une eau magique dont parle Jésus ?
Lui qui sonde les cœurs et les reins ne reste pas à la surface de nos besoins quotidiens.
D'où sa demande surprenante : « Va, appelle ton mari et reviens ». Veut-il humilier cette femme juste là où réside sa souffrance ? Non. Mais, comme un sourcier, Jésus sait que là où il aperçoit de la boue peut se cacher une source.
En touchant cette boue, il cherche la source cachée qui a été déposée en tout être humain. « Non, je n'ai pas de mari ». Voilà la parole vraie attendue par Jésus, une parole qui libère. Par la vérité de sa réponse, qui est comme le flot d'une eau pure, celle qui dialogue avec Jésus a chassé la boue qui obstruait la source de son cœur.
Femme de désir, cinq maris et un compagnon n'ont pu désaltérer ta soif d'amour, ils n'ont pu qu'embourber la source de ton désir. Reviens à l'unique source de l'amour, Dieu le Père qui t'a créée, lui qui aujourd'hui veut te faire renaître de l'eau et de l'Esprit.
Aujourd'hui, Jésus nous propose à nous aussi l'eau vive. Il nous la propose entre autre dans le sacrement de réconciliation. Pourquoi, avec Lui, ne pas revisiter les lieux boueux de notre cœur ? N'avons-nous pas l'assurance de trouver en nous une source jaillissante ?

• Au jour solennel où se terminait la fête, Jésus, debout, s'écria : « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l'Écriture : Des fleuves d'eau vive jailliront de son cœur. » En disant cela, il parlait de l'Esprit Saint, l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en Jésus. En effet, l'Esprit Saint n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié par le Père.
Jean 7

C'est l'amour qui nous a tirés du sein du Père en nous créant par sa sagesse et c'est aussi le même amour qui nous conserve. Nous ne sommes faits que d'amour. Ô fou d'amour, avez-vous besoin de votre créature ? Oui me semble-t-il, car vous agissez avec elle comme si vous ne pouviez vivre sans elle. Vous qui êtes la vie et sans qui rien ne vit, pourquoi donc êtes-vous si épris de votre créature ? Pourquoi cet amour éperdu pour votre œuvre ? » Le Seigneur répondit à Catherine : « Moi, ton créateur et ton sauveur, je t'épouse dans la foi... Fais-toi capacité, je me ferai torrent. »
Ste Catherine de Sienne

• Quand ils arrivèrent à celui-ci, voyant qu'il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l'eau.
Jean 19
Nous venons ici à la rencontre du Cœur transpercé pour nous, d'où jaillissent l'eau et le sang. C'est l'amour rédempteur, qui est à l'origine du salut, de notre salut, qui est à l'origine de l'Église. Nous venons ici contempler l'amour du Seigneur Jésus : sa bonté compatissante pour tous durant sa vie terrestre ; son amour de prédilection pour les petits, les malades, les affligés. Contemplons son Cœur brûlant d'amour pour son Père, dans la plénitude du Saint Esprit. Contemplons son amour infini, celui du Fils éternel, qui nous conduit jusqu'au mystère même de Dieu.
Jean-Paul II au Sacré Cœur de Montmartre, 1er juin 1980

• L'Esprit et l'Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu'il dise aussi : « Viens ! » Celui qui a soif, qu'il approche. Celui qui le désire, qu'il boive l'eau de la vie, gratuitement.
Apo 22
Mon cœur déborde d'une grande miséricorde pour les âmes (...)
Si elles pouvaient comprendre que Je suis pour elles le meilleur Père, que c'est pour elles que le sang et l'eau ont jailli de mon cœur comme d'une source débordante de miséricorde; pour elles je demeure dans le tabernacle, comme Roi de miséricorde .
Je désire combler les âmes de grâces, mais elles ne veulent pas les accepter (...). Oh! combien est grande l'indifférence des âmes pour tant de bonté, tant de preuves d'amour (...), elles ont du temps pour tout, mais elles n'ont pas de temps pour venir vers Moi, ni pour chercher des grâces.
Ste Faustine (Petit journal 367)

• Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
Jean 15

• Puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d'humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonné : faites de même. Par-dessus tout cela, ayez l'amour, qui est le lien le plus parfait. Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés, vous qui formez un seul corps. Vivez dans l'action de grâce. Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres en toute sagesse ; par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père.
Colossiens 3

• Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie.
Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.
Philippiens 4

• Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour. Ceux que, d'avance, il connaissait, il les a aussi destinés d'avance à être configurés à l'image de son Fils, pour que ce Fils soit le premier-né d'une multitude de frères. Ceux qu'il avait destinés d'avance, il les a aussi appelés ; ceux qu'il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu'il a rendus justes, il leur a donné sa gloire. Que dire de plus ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? ...
Qui pourra nous séparer de l'amour du Christ ? La détresse ? L'angoisse ? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? Le glaive ? En effet, il est écrit : C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt, qu'on nous traite en brebis d'abattoir. Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
J'en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l'avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.
Romains 8

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l'aube :
mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.
Je t'ai contemplé au sanctuaire, j'ai vu ta force et ta gloire.

Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres !
Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Dans la nuit, je me souviens de toi et je reste des heures à te parler.
Oui, tu es venu à mon secours : je crie de joie à l'ombre de tes ailes.
Mon âme s'attache à toi, ta main droite me soutient.
Psaume 62

Comme un cerf altéré cherche l'eau vive,
ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu.
Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ;
quand pourrai-je m'avancer, paraître face à Dieu ?

Je n'ai d'autre pain que mes larmes, le jour, la nuit,
moi qui chaque jour entends dire : « Où est-il ton Dieu ? »
Je me souviens, et mon âme déborde : en ce temps-là, je franchissais les portails ! Je conduisais vers la maison de mon Dieu la multitude en fête,
parmi les cris de joie et les actions de grâce.
Pourquoi te désoler, ô mon âme, et gémir sur moi ?

Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
il est mon sauveur et mon Dieu !
Psaume 41

Voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi. Le vainqueur, je lui donnerai de siéger avec moi sur mon trône, comme moi-même, après ma victoire, j'ai siégé avec mon Père sur son trône.
Apocalypse 3, 20-21

C'est vrai ! Je me tiens à la porte de ton cœur, jour et nuit. Même quand tu ne m'écoutes pas, même quand tu doutes que ce puisse être moi, c'est moi qui suis là. J'attends le moindre petit signe de réponse de ta part, le plus léger murmure d'invitation, qui me permettra d'entrer en toi. Je veux que tu saches que chaque fois que tu m'inviteras, je vais réellement venir. Je serai toujours là, sans faute. Silencieux, invisible, je viens, mais avec l'infini pouvoir de mon amour.

Je viens, apportant tous les dons de l'Esprit Saint. Je viens avec ma miséricorde, avec mon désir de te pardonner, de te guérir, avec tout l'amour que j'ai pour toi ; un amour au-delà de toute compréhension, un amour où chaque battement du cœur est celui que j'ai reçu du Père même. Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Je viens, assoiffé de te consoler, de te donner ma force, de te relever, de t'unir à moi, dans toutes mes blessures.

Je vais t'apporter ma lumière. Je viens écarter les ténèbres et tous les doutes de ton cœur. Je viens avec mon pouvoir capable de te porter toi-même et de porter tous tes fardeaux. Je viens avec ma grâce pour toucher ton cœur et transformer ta vie. Je viens avec ma paix, qui va apporter le calme et la sérénité à ton âme. Je te connais de part en part. Je connais tout de toi. Même les cheveux de ta tête, je les tous comptés. Rien de ta vie n'est sans importance à mes yeux. Je t'ai suivi à travers toutes ces années et je t'ai toujours aimé, même lorsque tu étais sur des chemins de traverse. Je connais chacun de tes problèmes. Je connais tes besoins et tes soucis. »
Mère Teresa - Testament spirituel

LA JOIE DE L'EVANGILE
EXHORTATION APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS

1 La joie de l'Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l'isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours.

2 Le grand risque du monde d'aujourd'hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée. Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n'y a plus de place pour les autres, les pauvres n'entrent plus, on n'écoute plus la voix de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, l'enthousiasme de faire le bien ne palpite plus. Même les croyants courent ce risque, certain et permanent.
3 J'invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd'hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n'y a pas de motif pour lequel quelqu'un puisse penser que cette invitation n'est pas pour lui, parce que « personne n'est exclus de la joie que nous apporte le Seigneur ». Celui qui risque, le Seigneur ne le déçoit pas, et quand quelqu'un fait un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. C'est le moment pour dire à Jésus Christ :
« Seigneur, je me suis laissé tromper, de mille manières j'ai fui ton amour, cependant je suis ici une fois encore pour renouveler mon alliance avec toi. J'ai besoin de toi. Rachète-moi de nouveau Seigneur, accepte-moi encore une fois entre tes bras rédempteurs ».
Cela nous fait tant de bien de revenir à lui quand nous nous sommes perdus ! J'insiste encore une fois : Dieu ne se fatigue jamais de pardonner, c'est nous qui nous fatiguons de demander sa miséricorde. Celui qui nous a invités à pardonner « soixante-dix fois sept fois » (Mt 18, 22) nous donne l'exemple : il pardonne soixante-dix fois sept fois. Il revient nous charger sur ses épaules une fois après l'autre. Personne ne pourra nous enlever la dignité que nous confère cet amour infini et inébranlable. Il nous permet de relever la tête et de recommencer, avec une tendresse qui ne nous déçoit jamais et qui peut toujours nous rendre la joie. Ne fuyons pas la résurrection de Jésus, ne nous donnons jamais pour vaincus, advienne que pourra. Rien ne peut davantage que sa vie qui nous pousse en avant !
4 Les livres de l'Ancien Testament avaient annoncé la joie du salut, qui serait devenue surabondante dans les temps messianiques... L'invitation la plus contagieuse est peut-être celle du prophète Sophonie, qui nous montre Dieu lui-même comme un centre lumineux de fête et de joie qui veut communiquer à son peuple ce cri salvifique. Relire ce texte me remplit de vie : « Le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur ! Il exultera pour toi de joie, il tressaillira dans son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie » (3, 17). C'est la joie qui se vit dans les petites choses de l'existence quotidienne, comme réponse à l'invitation affectueuse de Dieu notre Père : « Mon fils, dans la mesure où tu le peux, traite-toi bien [...] Ne te prive pas du bonheur d'un jour » (Si 14, 11.14). Que de tendresse paternelle s'entrevoit derrière ces paroles !
5 L'Évangile, où resplendit glorieuse la Croix du Christ, invite avec insistance à la joie... Pourquoi ne pas entrer nous aussi dans ce fleuve de joie ?
6 Il y a des chrétiens qui semblent avoir un air de Carême sans Pâques. Cependant, je reconnais que la joie ne se vit pas de la même façon à toutes les étapes et dans toutes les circonstances de la vie, parfois très dure. Elle s'adapte et se transforme, et elle demeure toujours au moins comme un rayon de lumière qui naît de la certitude personnelle d'être infiniment aimé, au-delà de tout. Je comprends les personnes qui deviennent tristes à cause des graves difficultés qu'elles doivent supporter, cependant peu à peu, il faut permettre à la joie de la foi de commencer à s'éveiller, comme une confiance secrète mais ferme, même au milieu des pires soucis.
7 La tentation apparaît fréquemment sous forme d'excuses et de récriminations, comme s'il devrait y avoir d'innombrables conditions pour que la joie soit possible. Ceci arrive parce que la société technique a pu multiplier les occasions de plaisir, mais elle a bien du mal à secréter la joie. Je peux dire que les joies les plus belles et les plus spontanées que j'ai vues au cours de ma vie sont celles de personnes très pauvres qui ont peu de choses auxquelles s'accrocher. Je me souviens aussi de la joie authentique de ceux qui, même dans de grands engagements professionnels, ont su garder un cœur croyant, généreux et simple. De diverses manières, ces joies puisent à la source de l'amour toujours plus grand de Dieu qui s'est manifesté en Jésus Christ.
8 C'est seulement grâce à cette rencontre – ou nouvelle rencontre – avec l'amour de Dieu, qui se convertit en heureuse amitié, que nous sommes délivrés de notre conscience isolée et de l'auto-référence. Nous parvenons à être pleinement humains quand nous sommes plus qu'humains, quand nous permettons à Dieu de nous conduire au-delà de nous-mêmes pour que nous parvenions à notre être le plus vrai. Là se trouve la source de l'action évangélisatrice.


• DESIRER ET CHERCHER
LE PETIT PRINCE, ANTOINE DE ST EXUPERY

Nous en étions au huitième jour de ma panne dans le désert, et j'avais écouté l'histoire du marchand en buvant la dernière goutte de ma provision d'eau:
-Ah! dis-je au petit prince, ils sont bien jolis, tes souvenirs, mais je n'ai pas encore réparé mon avion, je n'ai plus rien à boire, et je serais heureux, moi aussi, si j pouvais marcher tout doucement vers une fontaine!
-Mon ami le renard, me dit-il...
-Mon petit bonhomme, il n s'agit plus du renard!
-Pourquoi?
-Parce qu'on va mourir de soif...
Il ne comprit pas mon raisonnement, il me répondit:
-C'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir. Moi, je suis bien content d'avoir eu un ami renard...
Il ne mesure pas le danger, me dis-je. Il n'a jamais ni faim ni soif. Un peu de soleil lui suffit...
Mais il me regarda et répondit à ma pensée:
-J'ai soif aussi... cherchons un puits...
J'eus un geste de lassitude: il est absurde de chercher un puits, au hasard, dans l'immensité du désert. Cependant nous nous mîmes en marche.
Quand nous eûmes marché, des heures, en silence, la nuit tomba, et les étoiles commencèrent de s'éclairer. Je les apercevais comme dans un rêve, ayant un peu de fièvre, à cause de ma soif. Les mots du petit prince dansaient dans ma mémoire:
-Tu as donc soif aussi? lui demandai-je.
Mais il ne répondit pas à ma question. Il me dit simplement:
-L'eau peut aussi être bon pour le coeur...
Je ne compris pas sa réponse mais je me tus... Je savais bien qu'il ne fallait pas l'interroger.

Il était fatigué. Il s'assit. Je m'assis auprès de lui. Et, après un silence, il dit encore:
-Les étoiles sont belles, à cause d'une fleur que l'on ne voit pas...
Je répondis "bien sûr" et je regardai, sans parler, les plis du sable sous la lune.
-Le désert est beau, ajouta-t-il...
Et c'était vrai. J'ai toujours aimé le désert. On s'assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n'entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence...
-Ce qui embellit le désert, dit le petit prince, c'est qu'il cache un puits quelque part...
Je fus surpris de comprendre soudain ce mystérieux rayonnement du sable. Lorsque j'étais petit garçon j'habitais une maison ancienne, et la légende racontait qu'un trésor y était enfoui. Bien sûr, jamais personne n'a su le découvrir, ni peut-être même ne l'a cherché. Mais il enchantait toute cette maison. Ma maison cachait un secret au fond de son coeur...
-Oui, dis-je au petit prince, qu'il s'agisse de la maison, des étoiles ou du désert, ce qui fait leur beauté est invisible!
-Je suis content, dit-il, que tu sois d'accord avec mon renard.

Comme le petit prince s'endormait, je le pris dans mes bras, et me remis en route. J'étais ému. Il me semblait porter un trésor fragile. Il me semblait même qu'il n'y eût rien de plus fragile sur la Terre. Je regardais, à la lumière de la lune, ce front pâle. Ces yeux clos, ces mèches de cheveux qui tremblaient au vent, et je me disais: ce que je vois là n'est qu'une écorce. Le plus important est invisible...
Comme ses lèvres entr'ouvertes ébauchaient un demi-sourire, je me dis encore: "Ce qui m'émeut si fort de ce petit prince endormi, c'est sa fidélité pour une fleur, c'est l'image d'une rose qui rayonne en lui comme la flamme d'une lampe, même quand il dort..." Et je le devinai plus fragile encore. Il faut bien protéger les lampes: un coup de vent peut les éteindre...

Et, marchant ainsi, je découvris le puits au lever du jour.

"Il y a en moi un puits très profond et dans ce puits il y a Dieu. Parfois je parviens à l'atteindre. Mais plus souvent des pierres et des gravats obstruent ce puits, et Dieu est enseveli. Alors il faut le remettre au jour." Etty Hillesum

3 LETTRE DE JEAN PAUL II AUX FEMMES

L'Eglise désire remercier la très Sainte Trinité pour le mystère de la femme et pour toute femme, pour ce qui constitue la dimension éternelle de sa dignité féminine, pour les merveilles de Dieu qui, dans l'histoire des générations humaines, se sont accomplies en elle et par elle.

Merci à toi, femme-mère,
qui accueilles en ton sein l'être humain dans la joie et dans la peine d'une expérience unique par laquelle tu deviens sourire de Dieu pour l'enfant qui vient au monde, tu deviens le guide de ses premiers pas, le soutien de sa croissance, puis le point de repère sur le chemin de sa vie.

Merci à toi, femme-épouse,
qui unis d'une façon irrévocable ton destin à celui d'un homme, dans une relation de don réciproque, au service de la communion et de la vie.

Merci à toi, femme-fille et femme-sœur,
qui apportes au foyer familial puis dans le complexe de la vie sociale, économique, culturelle, artistique, politique, ta contribution irremplaçable à l'élaboration d'une culture qui puisse allier la raison et le sentiment, à une conception de la vie toujours ouverte au sens du « mystère », à l'édification de structures économiques et politiques humainement plus riches.

Merci à toi, femme-consacrée,
qui, à la suite de la plus grande des femmes, la Mère du Christ, Verbe incarné, t'ouvres en toute docilité et fidélité à l'amour de Dieu, aidant ainsi l'Eglise et l'humanité entière à donner à Dieu une réponse ' sponsale' qui exprime merveilleusement la communion qu'il veut établir avec sa créature.

Merci à toi, femme,
pour le seul fait d'être femme ! Par la perception propre à ta féminité, tu enrichis la compréhension du monde et tu contribues à la pleine vérité des relations humaines. 29 juin 1995

4 PRIERES

Mon Dieu, je Vous offre cette journée.
Toutes mes actions, toutes mes pensées,
toutes mes paroles, tous mes pas,
tous mes gestes.
Toutes mes joies, et toutes mes tristesses.
Tout ce que je pourrai faire de bien en ce jour,
ô mon Dieu,
je le dépose à vos pieds
pour votre gloire
et le salut des âmes.
Guy de Larigaudie

Seigneur, tu sais combien l'homme est tiraillé par la soif,
soif d'eau, comme la femme de Samarie,
qui, chaque jour, vient puiser avec sa cruche,
mais soif bien plus tenace encore,
d'un mot à entendre ou d'un regard à échanger,
d'un simple sourire, d'un geste ou d'un dialogue,
soif d'un peu d'attention ou de prévenance.

Mais ces soifs humaines cachent, tu le sais, Seigneur,
d'autres soifs plus profondes encore que le puits de Jacob,
la soif d'un peu d'amour, de tendresse ou de pardon,
la soif de communion ou de réconciliation,
la soif de vérité, de fidélité et de sérénité.

Seigneur, donne à nos cœurs d'époux cette eau vive qui apaise à jamais notre soif.
Alors notre foyer deviendra un puits de Jacob
où nos enfants viendront puiser en abondance
l'amour, la sécurité ou le réconfort dont ils ont tant besoin.
Nos amis et nos voisins y trouveront une halte d'amitié,
les pauvres et les malheureux une porte toujours ouverte !
Et le monde verra combien est fort le souffle de l'Esprit
qui donne à tant de cœurs assoiffés
l'eau vive de la source qui ne tarit jamais. Amen.
Paul Coûtai
Inonde-moi de ton esprit et de ta vie.
Prends possession de tout mon être
pour que ma vie ne soit qu'un reflet de la tienne.
Rayonne à travers moi, habite en moi,
Et tous ceux que je rencontrerai pourront sentir ta présence auprès de moi.
En me regardant, ils ne verront plus que Toi, Seigneur !
Ainsi ma vie deviendra une vie à la louange de ta gloire,
La louange que tu préfères,
En te faisant rayonner sur ceux qui nous entourent.
Par la plénitude éclatante de l'amour que te porte mon cœur. Cardinal Newman

Vis le jour d'aujourd'hui, Dieu te le donne, il est à toi.
Vis-le en Lui.
Le jour de demain est à Dieu, il ne t'appartient pas.
Ne reporte pas sur le lendemain le souci d'aujourd'hui.
Demain est à Dieu : remets-le Lui.
Le moment présent est une frêle passerelle:
si tu le charges de regrets d'hier,
de l'inquiétude de demain,
la passerelle cède et tu perds pied.
Le passé? Dieu pardonne. L'avenir? Dieu le donne.
Vis le jour d'aujourd'hui en communion avec Lui
et s'il y a lieu de s'inquiéter pour un être bien-aimé,
regarde-le dans la lumière du Christ ressuscité.

Sainte Marie, mère de Dieu, gardez-moi un cœur d'enfant, pur et transparent comme une source. Obtenez-moi un cœur simple, qui ne savoure pas les tristesses, un cœur magnifique à se donner, tendre à la compassion, un cœur fidèle et généreux, qui n'oublie aucun bien, et ne tienne rancune d'aucun mal. Faites de moi un cœur doux et humble, aimant sans demander de retour, joyeux de s'effacer dans un autre cœur, devant votre divin Fils ; un cœur grand et indomptable, qu'aucune indifférence ne lasse ; un cœur tourmenté de la gloire de Jésus Christ, blessé de son amour, et dont la plaie ne guérisse qu'au ciel. Léonce de Grandmaison

Vers toi je lève les yeux sainte Mère de Dieu,
car je voudrais faire de ma maison une maison où Jésus vienne, selon sa promesse quand plusieurs se réunissent en son nom. Tu as accueilli le message de l'ange comme un message venant de Dieu et tu as reçu, en raison de ta foi, l'incomparable grâce d'accueillir en toi Dieu lui-même. Tu as ouvert aux bergers puis aux mages la porte de ta maison sans que nul ne se sente gêné par sa pauvreté ou sa richesse.
Sois celle qui chez moi reçoit, afin que ceux qui ont besoin d'être réconfortés le soient; ceux qui ont le désir de rendre grâce puissent le faire ; ceux qui cherchent la paix la trouvent. Et que chacun reparte vers sa propre maison avec la joie d'avoir rencontré Jésus lui-même, Lui, le Chemin, la Vérité, la Vie. J. Eyquem, o.p.

O qui que tu sois, qui te vois dans les fluctuations de ce monde, ballotté au milieu des bourrasques et des tempêtes plutôt que marchant sur la terre ferme, ne détourne pas les yeux de l'éclat de cet astre si tu ne veux pas être submergé par les flots. Si se lèvent les vents de la tentation, si tu cours aux écueils des épreuves,
regarde l'étoile, appelle Marie.
Si tu es secoué par les vagues de l'orgueil ou de l'ambition, regarde l'étoile, appelle Marie. Si la colère ou la jalousie ébranlent la nacelle de ton âme, regarde vers Marie.
Si, troublé par l'énormité de tes fautes, tu commences à sombrer dans le gouffre de la tristesse, dans l'abîme du désespoir, pense à Marie. Dans les dangers, les angoisses, les doutes, pense à Marie, invoque Marie.
Qu'elle ne quitte pas ta bouche, qu'elle ne quitte pas ton cœur. Et pour obtenir le secours de ses prières, ne t'écarte pas de l'exemple de sa vie.
En la suivant, impossible de t'égarer,
en la priant, de te décourager, en pensant à elle, d'errer.
Ta main dans la sienne, pas de chute.
Sous sa protection, pas de crainte. Sous sa conduite, pas de fatigue.
Avec son appui, tu touches au but. St Bernard

PRIERE DES EPOUX

Nous te rendons grâce, Seigneur, pour notre amour,
car il vit de nos deux vies que tu as soudées... Sans cesse, chacun de nous doit sortir de lui-même pour aller vers l'autre, mais nous ne sommes jamais déçus car à chaque fois c'est Toi qui nous attends au fond du cœur de l'autre.
Parce que je l'aime, Tu m'aimes, quand il m'aime. Et quand notre amour se fait souffrance, Tu nous aimes et nous t'aimons. L'amour n'en finit pas d'espérer. Notre amour, c'est la joie de vivre l'un pour l'autre, la joie de se donner en s'oubliant, en souffrant pour nous et pour nos enfants.
Notre amour c'est la présence de l'un à l'autre en Ta présence, Seigneur. Nous te rendons grâce pour notre amour, Seigneur, celui que Toi-même as mis dans nos cœurs. Qu'il nous ouvre davantage aux autres. Qu'il fasse de nous des témoins joyeux de ta tendresse, heureux de vivre et de tout donner, chaque jour de notre vie.

PRIERE POUR LA FAMILLE

Père du Ciel, vous nous avez donné comme modèle de vie la Sainte Famille de Nazareth. Aidez-nous, Père très aimant, à faire de notre famille une autre famille de Nazareth, ou l'amour, la paix et la joie règne; faites qu'elle soit profondément contemplative, intensément eucharistique et vibrante de joie.
Aidez-nous à rester ensemble dans la joie et la souffrance à travers la prière en famille. Apprenez-nous à voir Jésus dans les membres de notre famille et en particulier à découvrir votre visage caché dans leur pauvreté. Que le Cœur eucharistique de Jésus rende nos cœurs doux et humbles comme le Sien, et aidez-nous à accomplir nos devoirs familiaux dans la sainteté.
Faites que nous puissions nous aimer les uns les autres davantage comme Dieu aime chacun de nous, en nous pardonnant mutuellement comme Vous nous pardonnez nos péchés. Aidez-nous, ô Père très aimant, à accepter tout ce que Vous nous donnez et à donner tout ce que vous nous prenez avec un grand sourire.
Cœur immaculé de Marie, cause de notre joie, priez pour nous. Saint Joseph, priez pour nous. Saints anges gardiens, soyez toujours avec nous, guidez-nous et protégez- nous. Mère Teresa

MAGNIFICAT

Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur!
Il s'est penché sur son humble servante,
Désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles; saint est son nom!
Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, Il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, Il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël, son serviteur, Il se souvient de son amour,
De la promesse faite à nos pères,
En faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.
Gloire au Père, au Fils, et au Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

PRIERE DE L'ANGELUS
- L'ange du Seigneur apporta l'annonce à Marie - Et elle conçut du Saint Esprit.
- Voici la servante du Seigneur. - Qu'il me soit fait selon ta parole.
- Et le Verbe s'est fait chair. - Et il a habité parmi nous.
-Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
- Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions le Seigneur Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs : par le message de l'ange, tu nous as fait connaître l'incarnation de ton Fils bien-aimé ; conduis-nous, par sa Passion et sa Croix, avec le secours de la Vierge Marie, jusqu'à la gloire de la résurrection.

SALVE REGINA

Salve Regina Mater misecordiae, vita dulcedo, et spes nostra, salve
Ad te clamamus, exules, filii Haeve
Ad te suspiramus, gementes et flentes in ac lacrimarum valle
Eia Ergo, Advocata nostra, illos tuos misericordes oculos ad nos converte.
Et Jesum, benedictum fructum ventris tui nobis post hoc exilium ostende.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria

Salut, ô Reine, Mère de miséricorde,
notre vie, notre douceur et notre espérance, salut!
Enfants d'Eve exilés, nous crions vers toi. Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Toi donc, notre avocate, tourne vers nous ton regard miséricordieux. Et après cet exil, montre-nous Jésus, le fruit béni de ton sein.
O clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie !

STABAT MATER
Debout, la Mère des douleurs, près de la croix était en larmes,
quand son Fils pendait au bois. Alors, son âme gémissante, toute triste et toute dolente,
un glaive le transperça. Qu'elle était triste, anéantie, la femme entre toutes bénie, la Mère du Fils de Dieu ! Dans le chagrin qui la poignait, cette tendre Mère pleurait son Fils mourant sous ses yeux. Quel homme sans verser de pleurs verrait la Mère du Seigneur
endurer si grand supplice ? Qui pourrait dans l'indifférence contempler en cette souffrance la Mère auprès de son Fils ? Pour toutes les fautes humaines, elle vit Jésus dans la peine et sous les fouets meurtri. Elle vit l'Enfant bien-aimé mourir tout seul, abandonné, et soudain rendre l'esprit. Ô Mère, source de tendresse, fais-moi sentir grande tristesse pour que je pleure avec toi. Fais que mon âme soit de feu dans l'amour du Seigneur mon Dieu : que je lui plaise avec toi. Mère sainte, daigne imprimer les plaies de Jésus crucifié en mon cœur très fortement. Pour moi, ton Fils voulut mourir, aussi donne-moi de souffrir une part de ses tourments. Donne-moi de pleurer en toute vérité,
Comme toi près du crucifié, tant que je vivrai ! Je désire auprès de la croix me tenir, debout avec toi, dans ta plainte et ta souffrance. Vierge des vierges, toute pure, ne sois pas envers moi trop dure, fais que je pleure avec toi. Du Christ fais-moi porter la mort,
revivre le douloureux sort et les plaies, au fond de moi. Fais que ses propres plaies me blessent, que la croix me donne l'ivresse du sang versé par ton Fils. Je crains les flammes éternelles; Vierge, assure ma tutelle à l'heure de la justice. Fais que la croix soit ma protection, la mort du Christ ma garantie, sa grâce mon soutien. À l'heure où mon corps va mourir, à mon âme, fais obtenir la gloire du paradis.


5 CONSECRATION A MARIE

Jésus est là pour nous conduire au Père, et Jésus nous donne sa Mère.
Et une fois qu'on a découvert Marie, elle nous donne beaucoup plus à Jésus.

Pour celles qui le souhaitent, nous proposerons dimanche de consacrer notre famille à Marie, en récitant ensemble cette prière. C'est une démarche personnelle qui demande d'y avoir un peu réfléchi auparavant pour qu'elle prenne tout son sens.

Cette prière a été choisie d'une part car elle est chère à la Famille Saint Jean qui nous accueille à Cotignac- elle a été en effet composée par le père Marie -Dominique Philippe à l'occasion d'un pèlerinage familial des AFC et les frères et sœurs la récitent chaque jour après la messe- et d'autre part car elle se prête fort bien à notre démarche de mamans pèlerines : c'est en effet une consécration de toute notre famille à Marie.

Que Marie, la bonne terre qui garde la Parole, nous guide toujours plus dans notre vocation d'épouse et de mère !

Comme le Père vous a choisie, ô Marie, pour être son enfant immaculé, l'épouse de Joseph et la mère de son fils bien-aimé et de toute l'Eglise, dans une communion plénière à l'Esprit Saint, nous vous choisissons aujourd'hui comme mère et reine de toute notre famille et nous vous consacrons notre âme et notre corps, toutes nos activités et tout ce qui nous appartient, sans exception.
Exercez sur chacun de nous votre miséricorde la plus maternelle. Apprenez-nous à aimer toujours plus Jésus et le Père et, par eux, à nous aimer les uns les autres dans l'Esprit Saint, en nous découvrant toujours plus profondément dans la lumière de Jésus, en nous respectant mutuellement et en nous choisissant chaque jour dans un amour plus divin et plus simple.
O Marie, donnez à chacun de nous d'accomplir chaque jour, dans un don personnel, la volonté du Père pour que toute notre famille témoigne au milieu du monde de l'amour de Jésus victorieux du mal. Amen.

6 LE ROSAIRE

Je le récite chaque jour et je le médite...
J'aime immensément mon chapelet.
C'est un merveilleux album de famille...
C'est la prière des pauvres...

Marie, depuis deux mille ans est apparue partout...
A travers chaque apparition, Dieu nous fait signe.
A Marie, il a donné le pouvoir fabuleux d'être notre Mère et la Mère de l'Eglise.
C'est la plus grande sainte, la plus parfaite.
Elle a une puissance immense.
Accroche-toi à ton chapelet. Tu verras combien ces Ave Maria t'apporteront une joie immense ; ils toucheront le cœur de Marie. Elle intercédera auprès de Dieu. Et Dieu faiblira, et te donnera, grâce à Elle, tout ce que tu lui demanderas.
J'appelle cela « les sourires de Marie ».
Attends-toi à ce qu'elle te comble de grâces. Guy Gilbert, prêtre chez les loubards

Mystiquement, le Rosaire nous transporte auprès de Marie, dans la maison de Nazareth, où elle est occupée à accompagner la croissance humaine du Christ...

Par ce biais, elle peut nous éduquer et nous modeler avec la même sollicitude, jusqu'à ce que le Christ soit «formé » pleinement en nous (Ga 4,19). Cette action de Marie, totalement enracinée dans celle du Christ et dans une radicale subordination à elle, «n'empêche en aucune manière l'union immédiate des croyants avec le Christ, au contraire elle la favorise».
... Le Rosaire est à la fois méditation et supplication. L'imploration insistante de la Mère de Dieu s'appuie sur la certitude confiante que son intercession maternelle est toute-puissante sur le cœur de son Fils. 'Elle est toute puissante par grâce' (Bx B. Longo)
Jean-Paul II, lettre apostolique sur le Rosaire

Récitez le chapelet tous les jours ! Laissez la Vierge Marie posséder votre cœur, en Lui confiant tout ce que vous êtes et tout ce que vous avez! Pape François
Après avoir récité un 'Je crois en Dieu ' et prié aux intentions du Pape, le Rosaire comporte la méditation de 4 séries de 5 étapes de la vie de Jésus et Marie : les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux. A chaque mystère est attachée une grâce particulière indiquée entre parenthèses. On peut répartir la récitation des mystères selon le jour de la semaine, en union avec l'Eglise :

Mystères joyeux : lundi et samedi

1- L'Annonciation de l'ange à Marie (adhérer à la volonté de Dieu)
2- La Visitation de Marie à Elisabeth (développer charité fraternelle et joie)
3- La Nativité de Notre Seigneur (esprit d'adoration et de pauvreté)
4- La Présentation de Jésus au Temple (pureté, obéissance)
5- Le Recouvrement de Jésus au Temple (fidélité aux exigences de Dieu)

Mystères lumineux : jeudi

1- Le Baptême de Jésus au Jourdain (retrouver sa dignité d'enfants de Dieu)
2- Les Noces de Cana (s'ouvrir à la puissance d'amour de Jésus)
3- L'Annonce du royaume de Dieu (se conformer à la volonté du Père)
4- La Transfiguration (découvrir la divinité de Jésus)
5- L'Institution de l'Eucharistie (aimer l'Eucharistie)

Mystères douloureux : mardi et vendredi

1-L'Agonie à Gethsémani (offrir de notre vie au Père)
2- La Flagellation et le Couronnement d'épines (mortification)
3- Le Portement de Croix (persévérer dans les épreuves)
4- La Crucifixion et la mort de Jésus (prendre Marie pour mère)
5 – Le Sépulcre (grandir dans l'espérance)

Mystères glorieux : mercredi et dimanche

1- La Résurrection de Jésus (foi en la résurrection)
2- L'Ascension de Jésus au Ciel (espérance, désir du ciel)
3- La Pentecôte (vivre des dons de l'Esprit)
4- L'Assomption de la Sainte Vierge (la grâce d'une bonne mort)
5- Le Couronnement de la Vierge Marie ( dévotion envers Marie)

Récite ton chapelet, dit Dieu, et ne te soucie pas
de ce que raconte tel écervelé:
Que c'est une dévotion passée et qu'on va l'abandonner.
Cette prière, je te le dis, c'est un rayon de l'Evangile,
on ne la changera pas.
Ce que j'aime dans le chapelet, dit Dieu,
C'est qu'il est simple et qu'il est humble
comme fut mon Fils, comme fut ma mère.
Récite ton chapelet: tu trouveras à tes côtés
toute la compagnie rassemblée en l'Evangile:
la pauvre veuve qui n'a pas fait d'étude
Et le publicain repentant qui ne sait plus son catéchisme
La pécheresse effrayée qu'on voudrait accabler,
Et tous les éclopés que leur foi a sauvés
Et les bons vieux bergers comme ceux de Bethléem
Qui découvrent mon Fils et sa Mère.
Récite ton chapelet, dit Dieu
Il faut que votre prière tourne, et tourne et retourne
Comme font entre vos doigts les grains de chapelet.
Alors, quand je voudrai, je vous l'assure
Vous recevrez la bonne nourriture
Qui affermit le cœur et rassure l'âme.
Allons, dit Dieu, récitez votre chapelet
Et gardez l'Esprit en Paix.
Charles Péguy

7 LECTIO DIVINA

Le troisième jour, il y eut des noces à Cana de Galilée,
et la mère de Jésus y était.
Jésus aussi fut invité à ces noces, ainsi que ses disciples.
Or il n'y avait plus de vin, car le vin des noces était épuisé.
La mère de Jésus lui dit : " Ils n'ont pas de vin. "
Jésus lui dit : " Que me veux-tu, femme ?
Mon heure n'est pas encore arrivée. "
Sa mère dit aux servants : " Tout ce qu'il vous dira, faites-le. "

Or il y avait six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs, et contenant chacune deux ou trois mesures.
Jésus leur dit : " Remplissez d'eau ces jarres. "
Ils les remplirent jusqu'au bord.
Il leur dit : " Puisez maintenant et portez-en au maître du repas. "
Ils lui en portèrent.

Lorsque le maître du repas eut goûté l'eau changée en vin
- et il ne savait pas d'où il venait, tandis que les servants le savaient, eux qui avaient puisé l'eau -
le maître du repas appelle le marié et lui dit :
" Tout homme sert d'abord le bon vin et, quand les gens sont ivres, le moins bon. Toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent ! "
Tel fut le premier des signes de Jésus,
il l'accomplit à Cana de Galilée et il manifesta sa gloire
et ses disciples crurent en lui.
Jean, 2

8 ADORATION EUCHARISTIQUE

" Veilleurs, bénissez Dieu dans la nuit."

Dans la nuit de samedi à dimanche nous aurons la possibilité de veiller une heure auprès du Seigneur. Jésus disait à Ste Marguerite Marie: "Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes et qui est si peu aimé en retour...J'ai soif, mais d'une soif si ardente d'être aimé des hommes au Saint Sacrement, que cette soif me consume."

Même si nous ne pouvons donner qu'une toute petite goutte d'eau à Jésus pour Le désaltérer, ne la Lui refusons pas! Saisissons cette chance qui nous est proposée de nous laisser habiter par la présence réelle de Jésus pour qu'Il envahisse notre vie toute entière, afin que nous n'ayons plus soif ; car nous aussi nous avons soif, et Jésus seul peut nous combler:

"Celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura plus jamais soif;
au contraire, l'eau que je lui donnerai deviendra en lui
une source jaillissant en vie éternelle." (St Jean 4)

Au cœur de la nuit, alors que la fatigue se fera pesante et notre besoin de sommeil impérieux, laissons nous saisir par l'amour du Christ, laissons nous aimer comme Lui seul sait nous aimer, laissons le demeurer en nous.

Nous ne savons pas quoi Lui dire, nos mots sont si pauvres, nous nous endormons...Tant mieux, ne nous désolons pas, soyons sûres que le Seigneur agit d'autant plus efficacement que nous ne Lui résistons pas! Nous savons bien qu'il n'est pas nécessaire pour bronzer de nous triturer les méninges pour pondre de savantes supplications au dieu soleil!!! Il nous suffit de nous exposer...
Exposons-nous à Jésus, dans l'action de grâces et la reconnaissance,
avec l'aide du Saint Esprit.

Marie, étoile du matin et porte du ciel, est auprès de nous sur le chemin. Elle nous indique la route et nous introduit dans la chambre du Roi. C'est elle qui nous fera comprendre dans le silence, qu'en regardant Jésus, nous découvrons la présence de la Trinité en nous.

" L'Eglise et le monde ont un grand besoin du culte eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement de l'amour. Ne refusons pas le temps pour aller Le rencontrer dans l'adoration, dans la contemplation pleine de foi et ouverte à réparer les fautes graves et les délits du monde. Que ne cesse jamais notre adoration." Jean Paul II

"Mon ciel il est caché, dans la petite hostie,
Où Jésus, mon époux, se voile par amour.
A ce foyer divin, je vais puiser la vie,
Et là mon doux Sauveur m'écoute nuit et jour.
Oh! Quel heureux instant lorsque dans ta tendresse
Tu viens, mon Bien-aimé, me transformer en Toi.
Cette union d'amour, cette ineffable ivresse
Voilà mon ciel à moi." Sainte Thérèse

Regardons-le, regardons-le souvent, regardons-le longuement, regardons-le toujours, non pour le copier dans ce qu'il fait...on ne devient pas saint par copie, mais pour lui ressembler dans ce qu'il est : doux et humble de cœur, rempli d'amour, rempli de charité, de compassion et de pardon pour tous, obéissant jusqu'à la mort sur la Croix, pauvre dans sa naissance, dans sa vie et à sa mort...pauvre et sans égal. Marthe Robin

« Que fait le Seigneur dans le tabernacle ? Il nous attend. Il est là ! Il est là ! »
St Curé d'Ars

« Qui regarde vers Lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage » Ps 34

Il faut vivre sa vie d'épouse ! ...
Etre Epouse, c'est avoir tous les droits sur son Cœur,
c'est un cœur à cœur pour toute une vie,
c'est vivre avec, toujours avec,
c'est se reposer de tout en Lui, et Lui permettre de se reposer de tout en notre âme.
C'est ne plus savoir qu'aimer : aimer en adorant, aimer en réparant, aimer en priant, en demandant, en s'oubliant ; aimer sous toutes les formes.
Etre Epouse, c'est avoir les yeux dans les siens, la pensée hantée par Lui, le cœur tout pris, tout envahi, comme hors de soi et passé en lui, l'âme pleine de son âme et pleine de sa prière, tout l'être captivé et donné. Elisabeth de la Trinité

Aujourd'hui, je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant,
moi le Seigneur des seigneurs.
Je frappe et j'attends, hâte-toi de m'ouvrir, n'allègue pas ta misère.
Ton indigence, si tu la connaissais pleinement, tu mourrais de douleur.
Cela seul qui pourrait me blesser le cœur,
ce serait de te voir douter et manquer de confiance...
Souviens-toi : aime-moi tel que tu es.
N'attends pas d'être un saint pour te livrer à l'Amour sinon tu ne m'aimeras jamais. Saint Augustin

Méditation devant le Saint Sacrement

Pour Me plaire,
il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup d'instruction;
il suffit que tu M'aimes beaucoup.
Parle-Moi avec simplicité,
comme tu parlerais avec ton ami le plus intime.

As-tu quelque chose à Me demander pour quelqu'un ?
Dis-moi son nom et ce que tu voudrais que Je fasse maintenant pour lui. Demande beaucoup ! N'hésite pas à demander. Parle-Moi également avec simplicité et sincérité des pauvres que tu veux consoler, des malades que tu vois souffrir, des égarés que tu désires voir revenir sur le droit chemin. Dis-Moi au moins une parole pour chacun.

Et pour toi-même, n'as-tu pas besoin de quelque chose ?
Dis-Moi franchement que tu es peut-être orgueilleux, égoïste, inconstant, négligent...puis demande-Moi de te venir en aide dans le peu ou le grand nombre d'efforts que tu fais pour t'en sortir. N'aie pas honte ! Au ciel, il y a beaucoup de justes, beaucoup de saints qui avaient exactement les mêmes défauts. Mais ils ont demandé humblement... et peu à peu, ils se sont vus libérés de leurs défauts. Et n'hésite pas à prier pour ta santé et pour une heureuse issue de tes travaux, de tes affaires ou de tes études. Tout cela, Je peux te le donner et Je te le donne. Je désire que tu Me pries pour cela, si ce n'est pas préjudiciable à ta sanctification, mais la favorise et la soutient. Et aujourd'hui même, de quoi as-tu besoin ? Que puis-je faire pour toi ? Si tu savais combien Je désire ardemment t'aider.

As-tu actuellement un projet ?
Expose-le-Moi. Qu'est-ce qui te préoccupe ? Que penses-tu ? Que désires-tu ? Que puis-Je faire pour ton frère, pour ta sœur, pour tes amis, pour ta famille, pour tes supérieurs ? Que voudrais-tu faire pour eux? Et pour ce qui est de Moi, n'as-tu pas le désir que Je sois glorifié ? Ne voudrais-tu pas faire quelque chose de bien pour tes amis que tu aimes peut-être beaucoup, mais qui peut-être vivent sans penser à Moi. Dis-Moi, qu'est-ce qui attire particulièrement ton attention aujourd'hui ? Que désires-tu le plus ardemment ? De quels moyens disposes-tu pour l'obtenir ? Si un projet échoue, dis-le Moi ; Je te donnerai les raisons de l'échec. Ne voudrais-tu pas Me gagner à ta cause ?

Peut-être te sens-tu triste ou de mauvaise humeur ?
Raconte-Moi dans tous les détails ce qui t'attriste, ce qui t'a offensé, ce qui t'a blessé dans ton amour-propre, ce qui t'a humilié. Dis-Moi tout et bientôt tu parviendras au point où tu Me diras que tu pardonnes tout selon mon exemple, que tu oublies tout. En récompense, tu recevras ma consolante bénédiction.

Peut-être as-tu peur ?
Sens-tu dans ton âme cette détresse indéfinissable qui n'est pas justifiée, mais qui ne cesse de te déchirer le cœur ? Jette-toi dans les bras de la Providence ! Je suis avec toi, à ton côté. Je vois tout, J'entends tout, et Je ne t'abandonne pas un seul instant. Sens-tu l'abandon d'êtres qui auparavant t'aimaient bien mais qui maintenant t'ont oublié et s'éloignent de toi sans que tu en sois la cause ? Prie pour eux, et Je les ferai revenir à ton côté, s'ils ne sont pas un obstacle à ta sanctification.

Et n'as-tu pas peut-être une joie à Me faire partager ?
Pourquoi ne Me laisserais-tu pas partager ta joie ? Ne suis-Je pas ton ami ? Raconte-Moi ce qui a consolé ton cœur et ce qui t'a fait sourire depuis ta dernière visite chez Moi. Peut-être as-tu connu des surprises agréables ; peut-être as-tu reçu de bonnes nouvelles, une lettre, un signe d'affection ; peut-être as-tu surmonté une difficulté ; peut-être es-tu sorti d'une situation qui paraissait sans issue. Tout cela est mon Œuvre. Tu dois absolument Me dire : merci, mon Dieu !

Ne voudrais-tu pas me promettre quelque chose ?
Je lis au fond de ton cœur. On peut facilement tromper les hommes, mais pas Dieu. Alors, parle-Moi tout à fait ouvertement. Es-tu vraiment fermement décidé à ne plus t'exposer à telle occasion de péché, à renoncer à telle chose qui t'a causé du tort, à renoncer à lire tel livre qui a excité ton imagination, à ne plus avoir de contact avec telle personne qui trouble la paix de ton âme ? Redeviendras-tu doux, aimable et complaisant avec telle personne que tu as considérée jusqu'ici comme un ennemi parce qu'elle a laissé échapper quelque chose contre toi.
Eh bien ! Retourne maintenant à tes occupations habituelles, à ton travail, ta famille, tes études, mais n'oublie pas ce quart d'heure que nous avons passé ensemble. Garde autant que tu le peux silence, modestie, recueillement intérieur et amour du prochain.

Aime ma Mère qui est aussi la tienne.
Et reviens de nouveau avec le cœur encore plus rempli d'amour, encore plus abandonné à mon Esprit. Alors tu trouveras chaque jour dans mon Cœur un nouvel amour, de nouveaux bienfaits et de nouvelles consolations. St Antoine Marie Claret

9 SACREMENT DE RECONCILIATION

Ce n'est pas le pécheur qui revient à Dieu pour Lui demander pardon,
mais c'est Dieu qui court après le pécheur et qui le fait revenir à Lui. St Curé d'Ars
• POURQUOI UN SACREMENT ?

" Le Seigneur Jésus-Christ, médecin de nos âmes et de nos corps, lui qui a remis les péchés au paralytique et lui a rendu la santé du corps, a voulu que son Eglise continue, dans la force de l'Esprit saint, son œuvre de guérison et de salut, même auprès de ses propres membres. C'est le but des deux sacrements de guérison: le sacrement de pénitence et l'onction des malades." (Catéchisme de l'Eglise catholique)

Dans la mesure où nous n'hésitons pas à consulter un médecin pour soulager nos misères physiques et à prendre un traitement qui va nous rendre la santé, pourquoi ne pas recourir à Jésus "médecin de nos âmes" , dont le nom signifie Dieu sauve, quand celles ci sont alourdies et comme paralysées par le péché?

Jésus ne nous sauve pas "de force". Il est allé jusqu'au bout de l'amour, jusqu'au bout de son amour pour moi en particulier, en donnant sa vie. La croix de Jésus est source de vie, mais je peux mourir de soif à côté de la source si telle est ma volonté!!! Jésus ne m'impose pas le salut, il me le propose inlassablement avec une infinie patience, et une douceur que rien ne peut vaincre, mais je peux malheureusement m'obstiner dans mon péché, c'est-à-dire dans ma rupture avec lui et avec son Eglise.

Jésus a confié à ses apôtres, et donc à ses prêtres, le pouvoir de pardonner les péchés en son nom : " Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur. Il leur dit alors à nouveau: "Paix à vous! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie." Ayant dit cela, Il souffla sur eux et leur dit: "Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis, ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus." (Jean 20, 21-23)

La confession n'est pas l'invention de l'Eglise mais bien celle de Jésus qui a voulu se rendre présent à travers elle, qui a voulu venir personnellement à notre rencontre pour nous guérir et apaiser nos cœurs. Il veut aujourd'hui me redonner la sainteté de mon baptême et me faire goûter la joie d'être un pécheur pardonné, blotti tout contre le cœur miséricordieux de son Sauveur.

• COMMENT SE PREPARER ?

Dans notre vie spirituelle, plus nous avançons plus nous découvrons notre pauvreté et nos limites pour vivre notre vocation d'enfant bien-aimé de Dieu. La prise de conscience que nos fautes nous éloignent de Dieu va nous conduire à la contrition. Sans contrition, pas de démarche de conversion authentique: nous n'allons pas nous 'mettre en règle' dans un souci de moralisme, mais nous allons nous mettre sous le regard de Dieu et implorer sa miséricorde pour changer de vie.

Pour préparer une confession, commençons par demander à Marie et à l'Esprit Saint de nous aider à faire la lumière dans notre vie ; puis fixons les yeux sur le Christ à l'aide de la Parole de Dieu.

Nous confessons avant tout la miséricorde de Dieu : faisons mémoire des grâces reçues, des actes positifs posés depuis notre dernière confession grâce à la force donnée par Dieu, avant de discerner nos péchés. Faisons confiance à l'Esprit pour nous montrer ce qui est le plus important et ne cherchons pas à tout prix à ne rien oublier. Gardons à l'esprit que nous pouvons pécher de manières différentes: en pensée, en parole, par action ou par omission.

Nous vous proposons de relire votre vie à la lumière de nos relations avec les autres car ' Tout péché se fait au moyen du prochain' (Sainte Catherine de Sienne).

Prions : Mon Dieu, je crois fermement que tu es ici. Je te demande ton Esprit Saint afin que je puisse reconnaître mon péché et ma pauvreté; donne-moi ta grâce pour que je voie ton amour et ta miséricorde, et la force de confesser mes péchés en toute vérité. Mon Dieu, j'ai confiance en toi. Amen.

En regardant les plaies de Jésus, le Père devient plus miséricordieux... plus grand. Pape François
EXAMEN DE CONSCIENCE

• ma relation avec Dieu : notre vocation est la sainteté.

' Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit : voilà le plus grand et le premier commandement. Le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même.' Mt 22, 37-39
Sommes-nous attentives à faire fructifier la foi, l'espérance et la charité que Dieu a semées dans notre cœur à notre baptême ? Gardons-nous la ferveur de notre premier amour envers Dieu? Posons-nous régulièrement des actes de foi et d'adoration pour rester 'branchée' sur Dieu tout au long de notre journée?
Sommes-nous généreuses dans le temps consacré à la prière, fidèles à recevoir les sacrements de l'Eucharistie et de la Réconciliation ? Prenons-nous les moyens de grandir dans l'intelligence de notre foi (lectures, conférences, formations), sommes-nous attentives à l'enseignement de notre Mère l'Eglise ?
Quel temps donnons-nous à la lecture de la Bible ?

• ma relation avec mon conjoint: mon premier prochain est mon conjoint : par le sacrement de mariage, Dieu nous confie l'un à l'autre et se tient à nos côtés dans notre marche vers le Royaume.

« Mon commandement, le voici: aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » Jn 15

« Le Christ a aimé l'Eglise et s'est livré pour elle, afin de la sanctifier » Ep 5,25

'La charité est longanime, la charité est serviable ; elle n'est pas envieuse ; la charité ne fanfaronne pas, ne se regorge pas ; elle ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal; elle ne se réjouit pas de l'injustice mais elle met sa joie dans la vérité. Elle excuse tout, croit tout, espère tout.' 1 Co 13, 4-7

Quelle place donnons-nous à Dieu dans notre vie de couple? Suis-je assez attentive à mon conjoint, à ses désirs, à ses soucis ? Est-ce la priorité dans ma vie de faire grandir cet amour? Le souci des enfants ou de mon travail professionnel me détourne-t-il de cette attention bienveillante à l'autre ?
Comment résonne en moi l'hymne à la charité de St Paul face aux inévitables difficultés de la vie conjugale ? Mon amour est-il assez gratuit ? Suis-je capable de laisser passer l'autre devant moi sans en prendre ombrage ?
Ai-je des pardons à donner ou à recevoir vis à vis de mon conjoint?

• ma relation avec mes enfants :
'Le fruit de l'Esprit est charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi.' Ga 5,22

Est-ce que je reçois mes enfants de la volonté du Père, sans me les approprier, en les respectant dans leurs richesses et faiblesses ? Suis-je capable de mettre en œuvre dans leur éducation ces fruits de l'Esprit mis en lumière par St Paul dans ce texte de l'épitre aux Galates ?
Suis-je auprès d'eux un bon relais de la miséricorde infinie de Dieu ?
Comment est-ce que je réagis face aux soucis et souffrances que leur attitude peut me causer : dans la révolte et l'intransigeance ou bien dans la douceur et dans la confiance à la miséricorde toute-puissante de Dieu, sans démission de mon devoir d'éducation?

• ma relation aux autres plus largement:
'Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux. Heureux les doux...heureux les affligés...heureux les affamés et assoiffés de justice...heureux les miséricordieux...heureux les cœurs purs...heureux les artisans de paix...heureux les persécutés pour la justice...heureux êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute, et si l'on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.' Mt 5, 3-11
Famille, belle-famille, milieu de travail, engagements au service de la société et de l'Eglise: quel est l'ordre que je choisis entre ces différents cercles ? A partir de quels critères ?
L'esprit des Béatitudes me sert-il de modèle pour imiter le Christ ? Quel est mon souci des plus pauvres ? Quelle est l'ouverture de mon foyer sur le monde ?
Ma foi est-elle mise entre parenthèse pendant le travail, mes collègues savent-ils que je sus chrétienne ?

• ma relation avec moi-même

' Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole.' Lc 1,38
Est-ce que je prends Marie comme modèle pour vivre comme fille de Dieu, épouse et mère ? Est-ce que je cherche à faire fructifier les talents que le Seigneur m'a confiés?
Suis-je lucide sur mes principaux défauts (tout défaut prend sa source dans ce qu'on appelle les péchés capitaux : orgueil, avarice, envie, colère, impureté, gourmandise, paresse spirituelle)? Suis-je attentive à poser de petits efforts concrets au jour le jour pour grandir dans les vertus qui sont les antidotes de ces péchés : l'humilité, la générosité, le désintéressement, la douceur, la chasteté, la tempérance, la ferveur.
Ne suis-je pas trop sévère envers moi: y a-t-il des choses que je ne me pardonne pas ?

Nous pouvons méditer le Ps 129 ou le Ps 50 en demandant la grâce d'un vrai repentir avant d'aller voir le prêtre dans la joie du pardon offert.

Psaume 129

Des profondeurs je crie vers toi, Yahvé:
Seigneur, écoute mon appel.
Que ton oreille se fasse attentive à l'appel de ma prière.

Si tu retiens les fautes, Yahvé,
Seigneur, qui donc subsistera ?
Mais le pardon est près de toi,
pour que demeure ta crainte.

J'espère Yahvé de toute mon âme
et j'attends sa parole ;
mon âme attend le Seigneur
plus que les veilleurs l'aurore ;
plus que les veilleurs l'aurore,
qu'Israël attende Yahvé !

Car près de Yahvé est la grâce,
près de lui, l'abondance du rachat ;
c'est lui qui rachètera Israël
de toutes ses fautes.
Psaume 50

Pitié pour moi, mon Dieu,
dans ton amour
selon ta grande miséricorde,
efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

Mais tu veux au fond de moi la vérité ;
dans le secret, tu m'apprends la sagesse.
Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur;
lave-moi et je serai blanc,
plus que la neige.

Fais que j'entende les chants et la fête:
ils danseront, les os que tu broyais.
Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d'être sauvé ;
que l'esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j'enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

ACTE DE CONTRITION

Mon Dieu, j'ai un très grand regret de vous avoir offensé, parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché vous déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce, de ne plus vous offenser et de faire pénitence.

ou bien :

Père, Dieu de tendresse et de miséricorde, j'ai péché contre Toi et mes frères ; je ne suis pas digne d'être appelée ton enfant, mais près de toi se trouve le pardon. Accueille mon repentir, que ton Esprit me délivre du mal et me donne la force de vivre selon ton amour par les mérites de celui qui est mort pour nos péchés et qui est ressuscité, Ton Fils Jésus Christ Notre Seigneur, amen !

Après la confession, méditer le Magnificat, hymne de louange et d'espérance en union profonde avec Marie notre Mère. Ne pas oublier la pénitence demandée par le prêtre, occasion de réparer si possible nos torts.

Il n'y a rien tant qui offense le bon Dieu que de désespérer de sa miséricorde. St Curé d'Ars

 

13 SAINT JOSEPH

• MEDITATION DE STE THERESE D'AVILA

Dieu l'a choisi parmi tous les saints pour élever son Fils et il a vécu trente ans avec Jésus et Marie. Il est ainsi devenu le modèle universel de la paternité: un père capable de s'adapter à l'histoire mouvementée de Jésus (comme la fuite en Egypte) et un exemple tout particulier pour les pères adoptifs.
En songeant à la vie exemplaire de Joseph au cœur de la Sainte Famille, nous pouvons penser à notre quotidien: comment se conduire pour être comme St Joseph? En étant attentif à son époux, en ne brusquant pas inutilement ses enfants, en surmontant les crises...En lisant les Evangiles, on remarque que St Joseph est toujours serein devant les évènements. Son secret ? Il se laisse conduire.

Loin du "stress" et des tergiversations infinies, il écoute la volonté divine et agit tout de suite; le grand silencieux à qui on n'attribue aucune parole dans les Ecritures, fait silence en lui pour être attentif aux inspirations divines.
Acceptation des évènements même lorsqu'ils sont difficiles, justesse de jugement, union à Dieu, confiance... Le tout dans la discrétion et l'efficacité.
Saint Joseph est particulièrement présent au cœur des familles qui le prient, les soutenant très concrètement dans leurs petits soucis comme dans leurs grandes angoisses.

« Déjà depuis plusieurs années, je lui demande, le jour de sa fête, une faveur particulière et j'ai toujours vu mes désirs accomplis. Je conjure, pour l'amour de Dieu, ceux qui ne me croiraient pas, d'en faire l'épreuve ; ils verraient, par expérience, combien il est avantageux de se recommander à ce glorieux patriarche et de l'honorer d'un culte particulier. Les personnes d'oraison surtout devraient l'aimer avec une filiale tendresse. » Sainte Thérèse d'Avila

LITANIES DE SAINT JOSEPH

Seigneur, prends pitié de nous. Jésus-Christ, prends pitié de nous.
Seigneur, prends pitié de nous. Jésus-Christ, écoute-nous.
Jésus-Christ, exauce-nous.
Père céleste qui es Dieu, prends pitié de nous.
Fils, rédempteur du monde, qui es Dieu, prends pitié de nous.
Esprit Saint, qui es Dieu, prends pitié de nous.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, prends pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous, Saint Joseph, Illustre descendant de David, ...

Lumière des Patriarches, Epoux de la Mère de Dieu,
Chaste gardien de la Vierge, Nourricier du Fils de Dieu,
Zélé défenseur de Jésus, Chef de la Sainte Famille,
Joseph très juste, Joseph très chaste,
Joseph très prudent, Joseph très courageux,
Joseph très obéissant, Joseph très fidèle,
Miroir de patience , Ami de la pauvreté,
Modèle des travailleurs, Gloire de la vie de famille,
Gardien des vierges, Soutien des familles,
Consolation des malheureux, Espérance des malades,
Patron des mourants, Terreur des démons,
Protecteur de la Sainte Eglise,

Agneau de Dieu, qui effaces les péchés du monde, pardonne-nous Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effaces les péchés du monde, exauce-nous Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effaces les péchés du monde, prends pitié de nous.

Il l'a établi chef de sa maison et l'intendant de tous ses biens.

Prions : 0 Dieu, qui, par une providence ineffable, avez daigné choisir le bienheureux Joseph pour être l'Epoux de votre très Sainte Mère, faites nous vous en prions, que, l'honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l'avoir pour intercesseur dans le ciel ; Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

14 CHANTS DE LOUANGE

QUE VIENNE TON REGNE

Que vienne ton règne, que ton nom soit sanctifié,
sur la terre comme au ciel, que ta volonté soit faite.
Que coule en torrents ton Esprit de vérité,
donne-nous ton espérance, ton amour ta sainteté.

1 Qui pourrait nous séparer de ton amour immense ?
Qui pourrait nous détourner de ta miséricorde ?

2 Tu habites nos louanges, tu inspires nos prières,
nous attires en ta présence pour nous tourner vers nos frères.

3 Tu seras notre lumière, il n'y aura plus de nuit.
Ton Nom sera sur nos lèvres, de larmes il n'y aura plus

QUE CHANTE POUR TOI

Que chante pour toi la bouche des enfants,
Qu'exulte en toi le peuple des vivants ! (bis)

1 Sans fin j'exulterai, pour toi je chanterai, ô Dieu car tu es bon.
je danserai pour toi, tu es toute ma joie, ô Dieu car tu es bon.

2 Nous recevons de toi la force de nos pas, ô Dieu car tu es bon.
Que craindre désormais, tu marches à nos côtés, ô Dieu car tu es bon.

3 Chacun est à tes yeux unique et merveilleux, ô Dieu car tu es bon.
Tu donnes chaque jour le pain de ton amour, ô Dieu car tu es bon.

4 Que toutes les nations s'assemblent pour ton nom, ô Dieu car tu es bon.
De toi vient toute paix, c'est toi notre unité, ô Dieu car tu es bon.

5 Que s'élèvent toujours vers toi nos chants d'amour, ô Dieu car tu es bon.
En toi tout reprend vie, au feu de ton Esprit, ô Dieu car tu es bon.
TU NOUS AS SAUVÉS, ALLELUIA

Tu nous as sauvés, alléluia, nous as libérés, alléluia.
Nous chantons ta gloire, alléluia, béni soit ton nom, alléluia.

1 Ta lumière a vaincu l'ombre, et tu guéris nos blessures.
Tu fais de notre tristesse une joie éternelle.

2 Ta croix nous a délivrés de la mort et du péché.
Jésus, tu nous as sauvés : nous chantons ta victoire.

3 Tu nous donnes ton Esprit, pour que nous vivions en Toi.
Il nous envoie aujourd'hui proclamer tes merveilles.

MARCHE DANS LA LUMIERE

Marche dans la lumière (ter) dans la lumière du Seigneur.

1. Dieu est lumière, marche avec Lui, En Lui point de ténèbre.
Si tu reconnais ton péché, Il te purifiera.

2. Et si tu gardes sa Parole, Jésus demeure en toi,
Le Père fait de toi son enfant, En toi, tout son Amour.

3. Celui qui sait aimer son frère, Demeure dans la lumière.
Les ténèbres n'ont pu l'atteindre Il marche en sûreté.

4. Dieu en toi, a vaincu le Mal, L'amour demeure en toi,
Ni convoitise ni orgueil, Gare à l'esprit du monde.

5. Beaucoup cherche à l'égarer, Garde toi du menteur,
Jésus-Christ est la vérité, Seul chemin vers le Père.

6. Il a donné sa vie pour toi, Il est ressuscité
De son Cœur transpercé jaillit, L'Esprit donne Vie.

LOUEZ LA BONTE DU SEIGNEUR

Louez le Seigneur, louez le créateur,
C'est lui qui nous bénit
Et nous fait le présent de la vie !
1. Il nous donne les fruits de la terre, Il nous donne les poissons des mers,
Il nous donne les oiseaux du ciel, Louez la bonté du Seigneur !

2. Il nous donne la glace et le feu, Il nous donne le jour et la nuit,
Il nous donne l'eau et le vent, Louez la bonté du Seigneur !

3. Il nous donne tout l'univers, Il nous donne la joie du salut,
Il nous donne le feu de l'Esprit, louez la bonté du Seigneur !

4. Louez-le pour toutes ses œuvres, louez-le pour ce que nous sommes,
Louez-le pour l'éternité, louez la bonté du Seigneur !

5. Louez-le en chantant vos hymnes, louez-le en dansant pour lui,
Louez-le en levant les mains, louez la bonté du Seigneur !

POUR TOI SEIGNEUR, LE CHANT DE NOTRE COEUR

Pour Toi Seigneur, le chant de notre cœur.
Tu es le Christ, l'Agneau vainqueur !
Les yeux fixés sur Toi, en contemplant ta Croix,
Nous T'acclamons Jésus Sauveur !
1 – Un chemin s'ouvre sous nos pas, notre espérance en toi renaît !
J'avancerai sans craindre devant toi,
Dans la confiance et dans la paix !
2 – Dans les épreuves et les combats, dans les périls, gardons la foi !
En tout cela nous sommes les vainqueurs,
Par Jésus-Christ notre Sauveur !
3 – Inscris en nous la loi d'amour, en notre cœur la vérité !
Dans le secret Seigneur enseigne-nous,
Que nous brûlions de charité !


DEBOUT RESPLENDIS

Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe de tristesse.
Jérusalem, Jérusalem, chante et danse pour ton Dieu.

1 Debout resplendis, car voici ta lumière
et sur toi la gloire du Seigneur, (bis)
Lève les yeux et regarde au loin, que ton cœur tressaille d'allégresse.
Voici tes fils qui reviennent vers toi et tes filles portées sur la hanche.

2 Toutes les nations marcheront vers ta lumière,
et les rois à ta clarté naissante, (bis)
De nombreux troupeaux de chameaux te couvriront,
les trésors des mers afflueront vers toi,
ils viendront d'Epha, de Saba, de Qédar, faisant monter vers Dieu la louange.

3 Les fils d'étrangers rebâtiront tes remparts
et leurs rois passeront par tes portes, (bis)
Je ferai de toi un sujet de joie. On t'appellera "Ville du Seigneur".
Les jours de ton deuil seront tous accomplis, parmi les nations tu me glorifieras.

GLOIRE A TOI SOURCE DE TOUTE JOIE

Gloire à toi, Seigneur, source de toute joie
Gloire à ton nom, ô Dieu très saint.
Gloire à toi, Seigneur, ô toi le roi des rois ; amen, alléluia !

1 Le Seigneur est ma lumière et mon salut, le Seigneur est le rempart de ma vie.
Je vivrai dans la maison du Seigneur, maintenant et à jamais.

2 Que mon cœur exulte, mon âme te loue, tu ne peux m'abandonner à la mort.
Tu m'apprendras le chemin de la vie, plénitude de la joie.

3 Tous les peuples de la terre louez Dieu, annoncez la vérité aux nations.
Bienheureux qui met sa foi dans le Seigneur, éternel est son amour.

QUE VIVE MON AME A TE LOUER

Que vive mon âme à te louer, Tu as posé une lampe,
une lumière sur ma route, ta Parole, Seigneur, ta Parole, Seigneur.

1 Heureux ceux qui marchent dans tes voies, Seigneur !
De tout mon cœur, je veux garder ta parole,
Ne me délaisse pas, Dieu de ma joie.

2 Heureux ceux qui veulent faire ta volonté !
Je cours sans peur sur la voie de tes préceptes,
et mes lèvres publient ta vérité.

3 Heureux ceux qui suivent tes commandements !
Oui plus que l'or, que l'or fin j'aime ta loi,
plus douce que le miel est ta promesse.

4 Heureux ceux qui méditent sur la sagesse !
Vivifie-moi. Apprends-moi tes volontés;
dès l'aube de ta joie tu m'as comblé.

JE VEUX CHANTER TON AMOUR, SEIGNEUR

Je veux chanter ton amour, Seigneur, chaque instant de ma vie,
Danser pour toi en chantant ma joie et glorifier ton nom !

1 Ton amour pour nous est plus fort que tout
Et tu veux nous donner la vie, nous embraser par ton Esprit, gloire à toi !

2 Oui, tu es mon Dieu, tu es mon Seigneur,
Toi seul es mon libérateur, le rocher sur qui je m'appuie, gloire à toi !

3. Car tu es fidèle, tu es toujours là
Tout près de tous ceux qui te cherchent, tu réponds à ceux qui t'appellent.

4 Avec toi, Seigneur, je n'ai peur de rien,
Tu es là sur tous mes chemins, tu m'apprends à vivre l'amour.

QU'EXULTE TOUT L'UNIVERS

Qu'exulte tout l'univers, que soit chantée en tous lieux la puissance de Dieu.
Dans une même allégresse terre et cieux dansent de joie, chantent Alléluia.

1 Par amour des pécheurs, la lumière est venue
Elle a changé les cœurs de tous ceux qui l'ont reconnue.

2 Vous étiez dans la nuit, maintenant jubilez
Dieu vous donne la vie, par amour il s'est incarné.

3 Exultez rendez gloire, chantez que Dieu est bon,
Christ est notre victoire, il est notre résurrection.

ACCLAMONS LE ROI DU CIEL

Acclamons le Roi du ciel, que son Nom soit glorifié !
Adorons l'Emmanuel, Dieu avec nous à jamais.
Il a enflammé nos cœurs, par le feu du Saint Esprit,
Louons Jésus le Sauveur, notre espérance est en lui.

1. Il a révélé son Cœur brûlant de charité.
Nous l'adorons, il s'est manifesté.
Jubilons pour lui !

2. Jésus sur la croix, nous a montré sa compassion.
Et nous brûlons pour l'amour de son Nom.
Jubilons pour lui !

3. Son Royaume est là, son Évangile est proclamé.
Nous annonçons le Christ Ressuscité.
Jubilons pour lui !

JE VEUX TE LOUER

Je veux te louer, ô mon Dieu, à ton Nom élever les mains.
Je veux te bénir, t'adorer, te chanter, ô mon Dieu, éternel est ton amour !

1 Dans le temple très saint de ta gloire, ô Seigneur, je te contemplerai.
Je verrai ta puissance infinie : ô mon Dieu, éternel est ton amour !

2 Que te rendre, ô Seigneur, mon Sauveur, pour le bien que tu as fait pour moi ?
En tout temps, en tout lieu, je dirai : ô mon Dieu, éternel est ton amour !

3 Je tiendrai mes promesses envers toi, devant tous, j'annoncerai ton Nom.
Que ma vie tout entière te loue : ô mon Dieu, éternel est ton amour !

PSAUME DE LA CREATION

1 Par les cieux devant toi, splendeur et majesté
Par l'infiniment grand, l'infiniment petit et par le firmament ton manteau étoilé
et par frère soleil je veux crier :

Mon Dieu, Tu es grand tu es beau
Dieu vivant, Dieu très haut, Tu es le Dieu d'amour.
Mon Dieu, Tu es grand tu es beau
Dieu vivant, Dieu très haut, Dieu présent en toute création.

2 Par tous les océans, et par toutes les mers, par tous les continents
et par l'eau des rivières, par le feu qui te dit comme un buisson ardent
et par l'aile du vent je veux crier:
3 Par toutes les montagnes et toutes les vallées, par l'ombre des forêts
et par les fleurs des champs, par les bourgeons des arbres
et l'herbe des prairies, par le blé des épis je veux crier :
4 Par tous les animaux, de la terre et de l'eau, par le chant des oiseaux
par le chant de la vie, par l'homme que tu fis
juste moins grand que toi et par tous les enfants je veux crier :
5 Par cette main tendue, qui invite à la danse, par ce baiser jailli
d'un élan d'espérance, par ce regard d'amour qui révèle et réchauffe
par le pain et le vin, je veux crier :

BENIS LE SEIGNEUR O MON AME

Bénis le Seigneur ô mon âme, du fond de mon être son saint Nom.
Bénis le Seigneur ô mon âme, et n'oublie aucun de ses bienfaits.

1 Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour.
Sa justice demeure à jamais, bénis le Seigneur ô mon âme !

2 Il pardonne toutes tes fautes, de tes maladies, il te guérit,
à la fosse, il rachète ta vie , bénis le Seigneur ô mon âme !

3 Comme un père pour ses enfants, tendre est le Seigneur pour qui le craint,
de son cœur jaillit l'amour, bénis le Seigneur ô mon âme !

4 4 La bonté du Seigneur se répand sur qui accomplit sa volonté,
attentif à sa Parole, bénis le Seigneur ô mon âme !

RENDONS GLOIRE A NOTRE DIEU

Rendons gloire à notre Dieu, lui qui fit des merveilles.
Il est présent au milieu de nous, maintenant et à jamais

1 Louons notre seigneur, car grande est sa puissance,
Lui qui nous a créés, nous a donné la vie.

2 Invoquons notre Dieu, demandons-lui sa grâce ;
Il est notre Sauveur, notre libérateur.

3 Oui, le Seigneur nous aime, il s'est livré pour nous.
Unis en son amour, nous exultons de joie.

4 Dieu envoie son Esprit, source de toute grâce ;
il vient guider nos pas et fait de nous des saints .

5 Gloire à Dieu notre Père, à son Fils Jésus Christ,
à l'Esprit de lumière, pour les siècles des siècles.

15 CHANTS A MARIE

JE SUIS TOUT A TOI MARIE

Je suis tout à toi, Marie, ce que j'ai, je te le donne.
Viens en moi et sois ma reine.
Je veux aimer, comme tu aimes.

MARIE, MERE DE DIEU

Marie, Mère de Dieu, Marie, Mère du Christ,
Marie, Mère des hommes, Reine de l'univers.

1 Dieu s'est penché sur toi, ô Marie, humble servante,
Réjouis-toi Vierge choisie.

2 Par toi le Verbe a prix chair, ô Marie comblée de grâce,
Réjouis-toi Vierge bénie.

3 L'Esprit Saint te conduit, ô Marie, toute ta vie,
Réjouis-toi Vierge très sainte.

4 Tu médites en ton cœur la Parole que Dieu nous donne,
Heureuse es-tu toi qui as cru.

TOI NOTRE DAME

Toi Notre-Dame, nous te chantons ! Toi notre mère, nous te prions !

1 Toi qui portes la vie, toi qui portes la joie,
Toi que touche l'Esprit, toi que touche la croix.

2 Toi qui donnes l'espoir, toi qui gardes la foi,
Toi qui passes la mort, toi debout dans la joie.

3 Toi le cœur sur la main, toi la joie pour les yeux,
Toi le miel et le vin, ô sourire de Dieu.
SOUS TON VOILE DE TENDRESSE

1 Sous ton voile de tendresse, nous nous réfugions.
Prends-nous dans ton cœur de mère où nous revivrons.
Marie, mère du Sauveur, nous te bénissons.

Marie notre mère, garde-nous dans la paix,
Refuge des pécheurs, protège tes enfants.

2 Quand nous sommes dans l'épreuve, viens nous visiter.
De tous les dangers du monde, viens nous délivrer.
Marie, mère du Sauveur, prends nous en pitié.

3 Marie, Vierge immaculée, apprends-nous à prier.
Que demeurent dans nos cœurs le silence et la paix.
Marie, mère du Sauveur, veille à nos côtés.

CHEZ NOUS, SOYEZ REINE

Chez nous soyez Reine, nous sommes à vous
Régnez en souveraine, chez nous, chez nous,
Soyez la Madone, qu'on prie à genoux,
Qui sourit et pardonne, chez nous, chez nous.

1 Vous êtes notre Mère, daignez à votre Fils,
Offrir l'humble prière de vos enfants chéris.

2 Gardez, ô Vierge pure ô cœur doux entre tous,
Nos âmes sans souillures, nos cœurs vaillants et doux.

3 Dites à ceux qui peinent et souffrent sans savoir,
Combien lourde est la haine et combien doux l'espoir.

4 Le soir quand les fatigues alourdissent nos corps,
Gardez nos cœurs prodigues d'amour pur et d'efforts.

COURONNEE D'ETOILES

Nous te saluons, ô toi Notre Dame,
Marie vierge sainte que drape le soleil.
Couronnée d'étoiles, la lune est sous tes pas.
En toi nous est donnée l'aurore du salut.

1 Marie, Eve nouvelle, et joie de ton Seigneur,
tu as donné naissance à Jésus le Sauveur.
Par toi nous sont ouvertes les portes du jardin ;
Guide-nous en chemin, Etoile du matin.

2 Tu es restée fidèle, mère au pied de la croix.
Soutiens notre espérance et garde notre foi.
Du côté de ton Fils tu as puisé pour nous
L'eau et le sang versés qui sauvent du péché.

3 Quelle fut la joie d'Eve lorsque tu es montée,
plus haut que tous les anges, plus haut que les nuées,
et quelle est notre joie, douce Vierge Marie
de contempler en toi la promesse de vie.

4 O Vierge immaculée, préservée du péché,
en ton âme, en ton corps, tu entres dans les cieux.
Emportée dans la gloire, sainte reine des cieux,
Tu nous accueilleras un jour auprès de Dieu.

SAINTE VIERGE MA MERE

1 Sainte Vierge ma mère, laisse-moi te contempler,
dans la douce lumière de ton cœur immaculé.

2 Viens éclairer ma route, Toi, l'étoile du matin,
et si jamais je doute, montre- moi le vrai chemin.

3 Que ta douce présence nous protège à tout jamais,
ô Vierge du silence, donne-nous ta grande paix.

LA PREMIERE EN CHEMIN

1 La première en chemin, Marie tu nous entraînes
A risquer notre «oui » aux imprévus de Dieu.
Et voici qu'est semé en l'argile incertaine
De notre humanité, Jésus-Christ, Fils de Dieu.
Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de foi,
Ils sont chemin vers Dieu (bis).

2 La première en chemin, en hâte tu t'élances,
Prophète de Celui qui a pris corps en Toi
La Parole a surgi, tu es sa résonance
Et tu franchis des monts pour en porter la voix.
Marche avec nous, Marie, aux chemins de l'annonce...

3 La première en chemin pour suivre au Golgotha
Le Fils de ton amour que tous ont condamné.
Tu te tiens là, debout, au plus près de la Croix
Pour recueillir la vie de son cœur transpercé.
Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de croix...

4 La première en chemin, brille ton espérance
dans ton cœur déchiré et la nuit du tombeau.
Heureuse toi qui crois, d'une absolue confiance
Sans voir et sans toucher, tu sais le jour nouveau
Marche avec nous, Marie, aux chemins d' espérance...

5 La première en chemin avec l'Eglise en marche
Dès les commencements, tu appelles l'Esprit !
En ce monde aujourd'hui, assure notre marche;
Que grandisse le corps de ton Fils Jésus-Christ.
Marche avec nous, Marie, aux chemins de ce monde...

6 La première en chemin aux rives bienheureuses,
tu précèdes Marie, toute l'humanité.
Du royaume accompli, tu es pierre précieuse
Revêtue du soleil, en Dieu transfigurée !
Marche avec nous, Marie, aux chemins de nos vies...

VIERGE BENIE

Vierge bénie entre toutes les femmes
Mère choisie entre toutes les mères
Mère du Christ et mère des hommes
Donne-nous ton Fils, donne-nous ton Fils.

1 Entre toutes les femmes du monde, le Seigneur t'a choisie;
pour que brille à jamais sur la terre la lumière de Dieu.

2 Comme coule la source limpide, la tendresse de Dieu
envahit chaque instant de ta vie et nous donne un Sauveur.

3 En ton cœur, ô Marie, nul obstacle à l'amour infini;
le Seigneur fait en toi des merveilles, il nous donne son Fils.

4 L'univers tout entier te contemple, il acclame ton Fils.
Grâce à toi, au milieu de son peuple, le Seigneur est présent.

5 Tu chemines avec nous sur la route, tu connais notre espoir.
Au milieu de nos croix et nos larmes, tu nous donnes ton Fils.

CHANTEZ AVEC MOI LE SEIGNEUR

Chantez avec moi le Seigneur, célébrez-le sans fin.
Pour moi il a fait des merveilles et pour vous il fera de même.

1 Il a posé les yeux sur moi, malgré ma petitesse.
Il m'a comblée de ses bienfaits, en lui mon cœur exulte.

2 L'amour de Dieu est à jamais sur tous ceux qui le craignent.
Son nom est saint et glorieux, il a fait des merveilles.

3 Déployant son bras tout-puissant, il disperse les riches.
Aux pauvres il donne à pleines mains, à tous ceux qui le cherchent.

4 Il se souvient de son amour, il élève les humbles.
Il protège et soutient son peuple, il garde sa promesse

AVE MARIA, SOIS NOTRE SECOURS

Ave Maria, sois notre secours,
Entends nos prières et prie Dieu pour nous.

1 Toi notre mère, prends-nous par la main,
Montre- nous la route qui conduit vers Dieu.

2 Comblée de grâce, fille de Sion,
choisie par le Père tu lui as dit oui.

3 Arche d'alliance, tu as cru en Dieu,
fais que sa parole prenne chair en nous.

4 Espoir des hommes, reste auprès de nous,
Apprends--nous à vivre unis à ton Fils.

5 Mère très sainte, abri des pécheurs,
conduis vers le Père ceux qui crient vers toi.

CHERCHER AVEC TOI DANS NOS VIES

Chercher avec toi dans nos vies, les pas de Dieu, Vierge Marie,
Par toi, accueillir aujourd'hui, le don de Dieu, Vierge Marie

1 Puisque tu chantes avec nous, Magnificat Vierge Marie,
Permets la Pâque, sur nos pas, nous ferons tout ce qu'il dira.

2 Puisque tu souffres avec nous, Gethsémani, Vierge Marie
Soutiens nos croix de l'aujourd'hui, entre tes mains, voici ma vie.

3 Puisque tu demeures avec nous, pour l'Angélus, Vierge Marie,
Guide nos pas dans l'inconnu car tu es celle qui a cru.

O MERE DU SAUVEUR
O mère du sauveur, Marie, Vierge Sainte,
En toi Dieu a formé le Fils Bien Aimé,
Par toi, la lumière est entrée dans le monde.
Marie, tu es la joie de Dieu
Parmi les enfants des hommes.

1. Nous te saluons, pleine de grâces !
Sur toi s'est levée la gloire du Très-Haut,
Les cieux répandent leur rosée,
Intercède pour nous, Etoile du Matin !
2. Nous te saluons, Arche d'Alliance !
Ton sein a porté le Fils de Dieu fait chair,
L'Emmanuel habite en toi,
Intercède pour nous, Cité Sainte de Dieu !
3. Nous te saluons, ô Notre Dame !
Tu as enfanté le Roi de l'Univers.
En toi resplendit le Salut,
Intercède pour nous, Epouse bien-aimée !
4. Nous te saluons, Vierge très pure !
Tu donnes la vie au Dieu qui t'as créée.
Tu es le Paradis nouveau,
Intercède pour nous, ô Mère Immaculée !
5. Nous te saluons, Eve nouvelle !
Dieu restaure en toi toute l'humanité,
Tu as accueilli le Sauveur,
Intercède pour nous, Refuge des pécheurs !

LE SEIGNEUR FIT POUR MOI DES MERVEILLES
Le Seigneur fit pour moi des merveilles et mon cœur exulte de joie :
en ma chair s'accomplit la promesse, alléluia, alléluia !

VOGUONS AU VENT DE MER
Voguons au vent de mer, au gré des vagues.
Marie là-haut, comme une étoile, Marie là-haut, veille sur nous.
Etoile du ciel, lumière sans voile, étoile du ciel, brillez pour nous.

VIERGE SAINTE, DIEU T'A CHOISIE

Ave, ave, ave Maria

1 Vierge Sainte, Dieu t'a choisie depuis toute éternité,
pour nous donner son Fils bien-aimé, pleine de grâce, nous t'acclamons.

2 Par ta foi et par ton amour, ô Servante du Seigneur,
tu participes à l'œuvre de Dieu, pleine de grâce, nous te louons.

3 En donnant aux hommes ton Fils, Mère riche de bonté,
tu fais la joie de ton Créateur, pleine de grâce, nous t'acclamons.

4 0 Marie, refuge très sûr pour les hommes, tes enfants,
tu nous comprends et veilles sur nous, pleine de grâce, nous te louons.

5 Tu demeures près de nos vies, nos misères et nos espoirs,
pour que la joie remplisse nos cœurs : pleine de grâce, nous t'acclamons.

6 Tu nous mènes auprès de ton Fils qui nous parle de l'amour
et nous apprend ce qu'est le pardon : pleine de grâce, nous t'écoutons !

7 Bienheureux le pauvre en esprit qui écoute le Seigneur !
Car avec toi, il triomphera près de ton Fils pour l'éternité.

8 Bienheureux le cœur généreux, attentif à son prochain !
Quand il sera jugé sur l'amour, il obtiendra le pardon de Dieu.

9 Bienheureux seront les cœurs purs dont la foi ne tarit pas !
Car avec toi, aux siècles sans fin, ils verront Dieu et te chanteront.

10 Exultez, soyez dans la joie : Dieu attend tous ses amis.
dans son Royaume il les comblera auprès de toi pour l'éternité.

11 Rendons gloire au Père très bon, à son Fils ressuscité,
au Saint Esprit qui vit en nos cœurs, dans tous les siècles des siècles, amen !

16 CHANTS DE MEDITATION

ME VOICI VERS TOI

Me voici vers toi, comme on marche vers un puits, assoiffée de toi
Assoiffée de cette vie, je viens puiser en toi.

1 Me voici pour un instant en silence devant toi, me voici vers toi,
les bras tellement chargés des soucis de ma journée, je les dépose en toi.

2 Me voici les yeux fermés, les deux mains levées pour toi, me voici vers toi
je me laisse doucement habiter par ce moment, je me repose en toi

3 Me voici en pleine vie, l'univers chante pour toi, me voici vers toi
le grand sourire d'un enfant, l'arbre la pluie l'océan, tout me parle de toi.

4 Me voici sur le chemin où je voyage avec toi, me voici vers toi
Je t'écoute je te suis, ta parole me saisit, je me découvre en toi.

5 Me voici j'ouvre les mains, je veux aimer comme toi, me voici vers toi
mais j'ai si peu à donner, ce monde a tant de chantiers, alors j'espère en toi.

COMME UN SOUFFLE FRAGILE

Comme un souffle fragile, ta Parole se donne
Comme un vase d'argile, ton amour nous façonne.

1 Ta parole est murmure, comme un secret d'amour ;
Ta Parole est blessure qui nous ouvre le jour.

2 Ta Parole est naissance comme on sort de prison ;
ta Parole est semence qui promet la moisson.

3 Ta Parole est partage comme on coupe le pain ;
Ta Parole est passage qui nous dit le chemin.

SI TU SAVAIS LE DON DE DIEU

Si tu savais le don de Dieu, qui est celui à qui tu parles
c'est toi qui l'en aurais prié, et de l'eau vive il t'aurait donné.

1 Voici le temps de demander, de boire à la source de vie.
L'eau vive coule de son côté, elle jaillit de son cœur transpercé.

2 Oui, n'aie pas peur de t'approcher, le Seigneur t'aime, il te pardonne.
Il n'est pas là pour condamner mais pour nous apprendre à aimer.

3 Oui, n'aie pas peur de recevoir, ton Dieu se donne, tu peux le croire,
et il se livre dans l'hostie, il pourra transformer ta vie!

4 Oui, n'aie pas peur de le louer, ouvre ton cœur il l'emplira;
Dieu a tout fait avec bonté, et il ne t'abandonnera jamais.

J'AI VU DES FLEUVES D'EAU VIVE

1. J'ai vu des fleuves d'eau vive, alléluia, alléluia, jaillir du côté du temple, Alléluia, alléluia!

2. J'ai vu la source du temple, Alléluia, alléluia, grandir en un fleuve immense

3. Tous ceux que lave l'eau vive, alléluia, alléluia, acclament et chantent ta gloire

4. Ton cœur, Jésus est la source, alléluia, alléluia, d'où coule l'eau de la grâce

JESUS JE VIENS A TOI

Jésus, je viens à Toi ; Jésus, je crois en toi,
entends ma voix Seigneur, je veux vivre pour toi, Jésus, je viens à Toi.

1 Ta Parole Seigneur est lampe sur mes pas, je suis ton serviteur, ô Dieu éclaire-moi.
2 Mes soucis, mes pensées, je veux te les donner, tu es le bon berger et je veux t'adorer.
3 Je suis pauvre, Seigneur, mais toi tu penses à moi,
mon secours mon Sauveur, mon Dieu ne tarde pas.

SI LA MER SE DECHAINE

1 Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort,
Si la barque t'entraîne, n'aie pas peur de la mort (bis)
Il n'a pas dit que tu coulerais, il n'a pas dit que tu sombrerais.
Il a dit : allons de l'autre bord.
2 Si ton cœur est en peine, si ton corps est souffrant
Crois en Jésus, il t'aime, il te donne sa paix.
3 Si un jour sur ta route, tu rencontres le mal
ne sois pas dans le doute, Dieu aime ses enfants.

VENEZ A LUI
Venez à lui, il est la source d'eau, le bonheur,
Venez à lui, il est la source d'eau, la paix du cœur.

1. Longtemps, longtemps, je l'ai cherché, mais ne l'ai jamais trouvé,
Mon cœur est las, ma vie gâchée pour trouver la vérité.

2. Mais aujourd'hui, ma vie a changé, Jésus-Christ l'a transformée,
Je veux chanter et proclamer que Dieu aussi veut t'aimer.

MON PERE, JE M'ABANDONNE A TOI

Mon Père, mon Père, je m'abandonne à toi
Fais de moi ce qu'il te plaira, quoi que tu fasses je te remercie.
Je suis prêt à tout, j'accepte tout.
Car tu es mon Père, je m'abandonne à toi,
Car tu es mon Père, je me confie en toi.
Mon Père, mon Père, en toi je me confie, en tes mains, je mets mon esprit
Je te le donne, le cœur plein d'amour : je n'ai qu'un désir, t'appartenir.

17 CHANTS DE COMMUNION - ADORATION

TA FACE EST MA SEULE PATRIE

Ta face est ma seule patrie, elle est mon royaume d'amour
elle est ma riante prairie, mon doux soleil de chaque jour.

1 Jésus, ton ineffable image est l'astre qui guide mes pas.
Ah, tu le sais, ton doux visage est pour moi le ciel ici-bas.

2 Elle est le lys de la vallée dont le parfum mystérieux
console mon âme exilée, lui fait goûter la paix des cieux.

3 Ta face est ma seule richesse, je ne demande rien de plus
en elle me cachant sans cesse, je te ressemblerai, Jésus.

4 Ton visage, ô mon doux sauveur, il est mon repos, ma douceur
Et le divin bouquet de myrrhe que je veux garder sur mon cœur.

5 Laisse en moi la divine empreinte de tes traits remplis de douceur
Et bientôt je deviendrai sainte, vers toi j'attirerai les cœurs.

ÂME DU CHRIST

Âme du Christ, sanctifie-moi, Corps du Christ, sauve-moi,
Sang du Christ, enivre-moi, Eau du côté du Christ, lave moi.
Passion du Christ, fortifie-moi, Ô mon Jésus, exauce-moi,
Dans tes blessures, cache-moi,
Ne permets pas que je sois séparé de Toi.
De l'ennemi, défends-moi, à ma mort appelle-moi,
Ordonne-moi de venir à toi, pour qu'avec les saints je te loue,
Dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il!
VOUS QUI AVEZ SOIF

Vous qui avez soif, venez à moi et buvez!
Car de mon cœur ouvert jaillira le fleuve qui donne la vie (bis)

1 Que soient remplis d'allégresse les déserts, que la steppe exulte et fleurisse, qu'elle se couvre de fleurs et soit en fête : la splendeur de Dieu lui est donnée.

2 Affermissez les mains et les genoux affaiblis, dites aux cœurs défaillants : soyez forts, ne craignez pas, voici votre Dieu. C'est lui qui vient vous sauver !

4 En ce jour-là s'ouvriront les yeux des aveugles, les oreilles des sourds entendront; alors le boiteux bondira comme un cerf, et le muet criera de joie.
5
4 Ce jour-là dans le désert, les eaux jailliront et les torrents dans la steppe.
La terre brûlée deviendra un verger, le pays de la soif un jardin.

5 Dieu tracera un chemin, une voie sacrée ; les insensés n'y passeront pas.
Tous les rachetés du Seigneur y marcheront, Dieu lui-même les conduira.

DIEU NOUS INVITE A SON FESTIN

Dieu nous invite à son festin, table où lui-même se donne ;
Voici le pain pour notre faim, source de Vie éternelle.

1 Approchez-vous pleins d'allégresse, ouvrez vos cœurs au Dieu vivant ;
en son amour, en sa tendresse, il vous appelle ses enfants.

2 Venez à lui dans la confiance, abandonnez tous vos soucis,
et livrez-vous pleins d'espérance, car c'est lui qui vous a choisis.

3 Jésus a rendu témoignage par son offrande sur la croix ;
Il donne sa vie en partage à qui l'accueille dans la foi.

4 Verbe de Dieu, splendeur du Père, il est le pain qui vient du ciel ;
recevez-le en ce mystère, brûlez en l'amour éternel.

5 Du cœur du Christ jaillit l'eau vive qui désaltère toute soif ;
l'Esprit de Dieu qui nous anime et qui nous comble de sa joie.
PETITS REFRAINS

En toi j'ai mis ma confiance, ô Dieu très saint.
Toi seul es mon espérance et mon soutien.
C'est pourquoi je ne crains rien, j'ai foi en toi ô Dieu très Saint (bis)

Jésus, Jésus, mon Dieu je t'adore. Jésus, Jésus, reçois ma prière.
Jésus, je te loue, en présence des anges.
Jésus, Jésus, mon Dieu, mon Seigneur.

Jésus, toi qui as promis d'envoyer l 'Esprit à ceux qui te prient,
Ô Dieu, pour porter au monde ton feu, voici l'offrande de nos vies.

Nous t'adorons, ô Père dans ton temple. Nous t'adorons en esprit et en vérité.
Tu habites nos louanges, nous t'adorons en esprit et en vérité.
Car un jour près de toi vaut mieux que mille ailleurs, je désire habiter dans ton temple.
Car un jour près de toi vaut mieux que mille ailleurs,
je désire habiter dans ta maison, Seigneur.

Mon âme se repose en paix sur Dieu seul, de lui vient mon salut.
Oui sur Dieu seul mon âme se repose, se repose en paix.

O comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour.

Garde-moi, mon Dieu, ma force est en toi,
Garde-moi, mon Dieu, mon bonheur c'est toi.

Seigneur, mon secours, en Toi seul, mon bonheur : ma vie repose entre tes mains.

Mon âme a soif de toi, Dieu vivant Très - Haut,
Prends-moi, purifie-moi, Seigneur mon Dieu.
Tu es toute ma joie, ô viens en moi.

Que rien ne te trouble, ô mon âme, que rien ne t'épouvante, ô mon âme
Dieu seul suffit (bis)
Dieu ne change pas, ô mon âme, la patience obtient tout, ô mon âme
Qui possède Dieu, ô mon âme, ne manque de rien, ô mon âme.

18 CHANTS A L'ESPRIT SAINT

O ESPRIT DE FEU

O Esprit de feu, toi notre Seigneur !
Viens, sois le maître en nos cœurs, viens Esprit de Dieu !

1 Viens, Esprit de sainteté, viens, Esprit de vérité,
viens, Esprit de charité, viens nous recréer !

2 Viens, Esprit consolateur, viens, toi qui connais nos peurs,
viens, apaise notre cœur, toi le Défenseur !

3 Viens et brille dans la nuit, viens, réchauffe et purifie !
Viens, feu qui nous es promis, transforme nos vies !

VIENS EMBRASER NOS COEURS

Viens Esprit Saint, viens embraser nos cœurs
Viens au secours de nos faiblesses !
Viens Esprit Saint, viens Esprit consolateur,
Emplis-nous de joie et d'allégresse !

1 Viens en nos âmes lasses, Esprit de sainteté,
Viens nous combler de grâce et viens nous sanctifier.
Viens guérir nos blessures, toi le Consolateur,
Viens source vive et pure apaiser notre cœur.

2 Envoyé par le Père, tu viens nous visiter,
Tu fais de nous des frères, peuple de baptisés.
Enfants de la lumière, membres de Jésus-Christ,
Nous pouvons crier Père d'un seul et même Esprit.

3 En nos cœurs viens répandre les dons de ton amour ;
Viens inspirer nos langues pour chanter Dieu toujours.
Viens Esprit de sagesse, viens prier en nos cœurs !
Viens et redis sans cesse : Jésus-Christ est Seigneur !
ESPRIT DE DIEU, SOUFFLE DE VIE

Esprit de Dieu, souffle de vie, Esprit de Dieu, souffle de feu,
Esprit de Dieu, consolateur, tu nous sanctifies !

1 Viens, Esprit viens en nos cœurs ; viens, Esprit, nous visiter,
Viens, Esprit nous vivifier, viens, nous t'attendons.
2 Viens, Esprit de sainteté, viens, Esprit de vérité,
Viens, Esprit de charité, viens, nous t'attendons.
3 Viens, Esprit, nous rassembler, viens, Esprit, nous embraser,
Viens, Esprit, nous recréer, viens, nous t'attendons.

VIENS ESPRIT DE SAINTETÉ

Viens, Esprit de sainteté, viens, Esprit de lumière,
Viens, Esprit de feu, viens nous embraser.

1 Viens, Esprit du Père, sois la Lumière, fais jaillir des cieux ta Splendeur de Gloire.
2 Viens, Onction céleste, Source d'eau vive, affermis nos cœurs et guéris nos corps.
3 Fais-nous reconnaître l'Amour du Père et révèles-nous la Face du Christ.
4 Feu qui illumine, Souffle de Vie, par toi resplendit la Croix du Seigneur.
5 Témoin véridique, tu nous entraînes à proclamer: "Christ est ressuscité!"

VENI SANCTE SPIRITUS

1 Viens Esprit Saint, viens en nos cœurs et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière : veni sancte Spiritu !
2 Viens en nous, viens Père des pauvres, viens dispensateur des dons,
viens, lumière en nos cœurs :
3 Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur, dans les pleurs le réconfort :
4 Dans le labeur, le repos, dans la fièvre, la fraîcheur dans les pleurs, le réconfort :
5 O lumière bienheureuse, viens remplir jusqu'à l'intime le cœur de tous tes fidèles:
6 Sans ta puissance divine il n'est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti
7 Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé :
8 Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé
9 A tous ceux qui ont la foi, et qui en Toi se confient, donne tes sept dons sacrés :
10 Donne mérite et vertu, donne le salut final, donne la joie éternelle :

19 ORDINAIRE DE COTIGNAC

O Seigneur, prends pitié de nous ; ô Christ et Sauveur, prends pitié de nous ...

Saint est le Seigneur, Dieu de l'univers ; le ciel et la terre chantent ta gloire ;
Hosanna au plus haut des cieux !
Saint est le Seigneur, Dieu de l'univers, béni soit celui qui vient en son nom
Hosanna au plus haut des cieux !

Agneau de Dieu, toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous,
Agneau de Dieu, prends pitié de nous. (3 Donne-nous la paix)

Prière universelle : Etends sur nous ta miséricorde, Marie intercède pour nous.

20 NOTES PERSONNELLES

'' Si tu remerciais Dieu pour toutes les joies qu'il te donne,
il ne resterait plus de temps pour te plaindre. ''
Maitre Eckhart
'' Fais-toi capacité, je me ferai torrent. ''
Ste Catherine de Sienne

"Pour arriver au plaisir de l'eau vive,
il faut la cruche du désir" St Augustin

JE VOUS SALUE JOSEPH,
vous que la grâce divine a comblé : le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux. Vous êtes béni entre tous les hommes et Jésus, l'Enfant divin de votre virginale épouse, est béni. Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail, jusqu'à nos derniers jours et daignez nous secourir à l'heure de la mort. Amen

GLORIEUX SAINT JOSEPH
chef de la sainte famille de Nazareth, si zélé à pourvoir à tous ses besoins,
étends sur nos communautés, nos familles et nos amis ta tendre sollicitude.
Prends sous ta conduite toutes les affaires spirituelles et temporelles qui les concernent, et fais que leur issue soit pour la gloire de Dieu et le salut de nos âmes. Amen

PRIERE A NOTRE DAME DE GRACES DE COTIGNAC

Mère de la divine grâce,
dans votre apparition au mont Verdaille,
vous nous avez invités à solliciter vos faveurs.
Nous accourons avec confiance
implorer votre secours.
Accordez aux justes la persévérance,
aux âmes tristes la consolation,
aux cœurs abattus le courage et la confiance,
aux malades la santé,
aux pécheurs le repentir et le pardon,
aux âmes du purgatoire
soulagement et délivrance,
à chacun de nous votre maternelle protection.
Nous implorons surtout votre assistance à l'heure de notre mort ;
soyez notre avocate au jugement de Dieu.
Nous voulons au ciel vous dire notre éternelle reconnaissance.

Notre Dame de Grâces, priez pour nous.

Pièce(s) jointe(s):
FichierDescriptionTaille du fichier
Télécharger ce fichier (carnetcotignac_V5juin2014.pdf)Version PDFCarnet de pélerinage des mères de familles 2014661 Ko